Hassoumi Massaoudou fait son retour dans le gouvernement nigérien

Hassoumi Massaoudou le 16 février 2016, alors qu'il était à l'époque ministre de l'Intérieur du Niger.
© ISSOUF SANOGO / AFP

Le gouvernement nigérien s’élargit avec l’arrivée de deux nouveaux ministres portant à 45 le nombre des ministres. Ce remaniement marque surtout le retour du ministre Hassoumi Massaoudou, ancien ministre des Finances remercié.

Hassoumi Massaoudou est désormais ministre d’État à la présidence, même s’il n’a pas encore portefeuille précis pour l’instant. Il fait se retour après s’être réconcilié avec le président Mahamadou Issoufou, explique-t-on à Niamey. Il se retrouve de nouveau ministre d’État après avoir été remercié du gouvernement il y a 7 mois. À ce moment, il avait montré trop clairement ses ambitions de briguer un mandat présidentiel à la suite du président Issoufou.

Pour éviter une guerre des clans au sein de son parti, il avait préféré écarter Hassoumi Massaoudou face à Mohamed Bazoum. Il y a quelques mois Massaoudou s’était déjà réconcilié avec des camarades au pouvoir et avait déclaré : « Le linge sale se lave en famille ». En refermant cette parenthèse, le président Mahamadou Issoufou resserre ainsi les rangs des fidèles du parti pour les futures élections présidentielles de 2021 et montre une certaine union au sein du parti.

►À lire aussi : Niger : les raisons du limogeage de l’ancien ministre des Finances

Ce léger remaniement a permis l’arrivée d’un autre fidèle du président Issoufou : Alkache Alhada, qui devient ministre délégué à l’Intérieur, était précédemment au Conseil d’État.

Issoufou Katambé arrive à la Défense

Le nouveau ministre de la Défense nationale, le professeur Issoufou Katambé est un fidèle parmi les fidèles. Avant ministre de l’hydraulique, il laisse la place à Kalla Moutari à qui il prend le portefeuille de la Défense.  Homme rigoureux et méthodique, Issoufou Katambé a l’oreille du président, dit-on. « Il saura, précise une source du ministère, assumer dans la continuité le combat contre les jihadistes du Nord-Mali et de Boko Haram. »

Dans ce gouvernement, une place de choix est désormais faite au ministère de l’Énergie et du Pétrole. Son premier responsable Foumakoye Gado, un autre fidèle de la première heure, a été nommé ministre d’État. Depuis des années à la tête du ministère, Foumakoye Gado a su imprimer sa marque et faire respecter la politique du gouvernement dans ce secteur en pleine croissance.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.