Sahel et Libye: les deux dossiers africains qui vont s’imposer à l’ONU

Le siège de l'ONU à New York.
© AFP

Ce mardi 24 septembre à New York, c’est l’ouverture officielle de l’Assemblée générale de l’ONU, la réunion annuelle des chefs d’État et de gouvernement. L'occasion pour les dirigeants du monde entier de livrer leur vision de la situation, mais aussi de rencontrer leurs homologues pour des entretiens privés. Cette première journée verra défiler à la tribune plusieurs présidents africains, avec un agenda centré sur le Sahel et la Libye pour le reste de la semaine.

Avec notre envoyé spécial à New York,  Léonard Vincent

L’ordre protocolaire dans lequel se succèdent les dirigeants du monde à la tribune de l’ONU est quelque peu obscur. On sait que, historiquement, le Brésil est toujours premier, mais ensuite c’est en vertu d’un algorithme complexe, explique l’ONU, et de quelques arrangements de dernière minute.

Ce mardi, pour l’Afrique, c’est le président égyptien qui devra succéder, en troisième position, au Brésilien Bolsonaro et à l’Américain Donald Trump. Puis doivent s’exprimer au milieu des autres, au cours de cette première journée, les présidents du Nigeria, du Burkina Faso, du Rwanda, de l’Angola, du Niger, du Sénégal et, pour finir, le Premier ministre marocain.

Pas de « bilatérales » avec la France au programme

Côté coulisses, les « bilatérales » comme on dit, c’est-à-dire les tête-à-tête entre chefs d’État, se décident au jour le jour. On sait toutefois que le président français Emmanuel Macron n’a pour l’instant aucun président africain à son agenda.

Enfin, deux dossiers s’imposent pour le continent cette semaine. Un G5 Sahel doit se tenir mercredi. Et l’autre sujet dominant est la Libye. Un premier sommet des « parrains » du conflit devrait se tenir jeudi à l’initiative de la France et de l’Italie, avec la participation de l’Union africaine et de l’Égypte, soutien du maréchal Haftar. L’idée est d’en faire le prélude à un sommet entre belligérants, sur le territoire libyen.


■ La Centrafrique s’invite à l’agenda

Ce grand rendez-vous des dirigeants de la planète est l'occasion pour de nombreux diplomates de plaider, en marge des plénières, pour la cause de leur pays. La Centrafrique, elle, souhaite que la communauté internationale ne s'arrête pas à la levée partielle de l'embargo sur les armes qu'elle a obtenue.

L’objectif du gouvernement, c’est une levée totale de la sanction.

Ange-Maxime Kazagui, porte-parole du gouvernement centrafricain
24-09-2019 - Par Laurent Correau

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.