Océans et changement climatique: la «triple peine» de l'Afrique

Des pêcheurs à Thiaroye-sur-mer au Sénégal, le 19 juin 2008.
© ( Photo : Coumba Sylla / RFI )

Les conclusions du dernier rapport du Groupement international des experts sur le climat (Giec) sur les océans et sur les zones gelées terrestres sont inquiétantes. La pollution abîme les mers et les océans plus gravement et plus rapidement que prévu. Que ce soit les cyclones, l'élévation du niveau de la mer ou encore l'acidification des océans : tous les indicateurs sont au rouge. Sur le continent africain, les conséquences sont très concrètes, notamment pour les pêcheurs.

Selon le dernier rapport du Groupement international des experts sur le climat (Giec), en raison de l'acidification des océans, l'Afrique va subir une importante baisse de la nourriture des poissons, le phytoplancton, dans les eaux tropicales. Cela aura un impact sur les stocks de poissons qui pourraient diminuer de près de 40%, selon les spécialistes. Les poissons chercheront des conditions plus favorables en migrant vers le nord, ce qui posera problème aux pêcheurs et à tous ceux qui se nourrissent de poissons.

Selon Ludovic Frère-Escoffier, responsable du programme « Vie des océans » pour WWF France, cette baisse importante des stocks de poissons va déstabiliser l'économie des pays côtiers d'Afrique, d'autant plus, comme il le rappelle, que certaines régions souffrent déjà de la surpêche, que ce soit en raison de l'exploitation illégale des océans par des pays riches, mais aussi parce qu'il y a finalement trop de petits pêcheurs.

Hausse du niveau de la mer

Il s'agit donc de la triple peine pour ces pays côtiers d'Afrique, surtout si l'on ajoute les autres problèmes liés au changement climatique comme l'élévation du niveau de la mer qui pourrait être proche d'un mètre si le réchauffement climatique dépasse les 3°C.

La hausse de la mer a de multiples conséquences. Les nappes phréatiques deviennent inutilisables pour l'irrigation, parce que l'eau devient salée. Des zones entières vont devenir inhabitables. Et comme une grande partie des côtes de l'Afrique est faite de sable, ces côtes sont très vulnérables.

Le changement climatique entraîne aussi une augmentation des vagues de chaleur en mer qui pourrait être multipliée par cinquante et qui entraînent des catastrophes comme les cyclones et les ouragans.

►À lire aussi : Réchauffement climatique: le rapport alarmant du Giec sur les océans

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.