Un cas d'esclavage dénoncé par le mouvement abolitionniste en Mauritanie

En Mauritanie, les leaders de plusieurs organisations humanitaires dont l'association abolitionniste IRA ont fait une conférence de presse pour dénoncer une affaire d'esclavage.
© RFI/Salem Mejbour Salem

En Mauritanie, un nouveau cas d’esclavage sur une fille mineure de 14 ans a été révélé ces derniers jours à Nouakchott et porté devant la justice par des organisations de défense des droits de l’homme. Les organisations humanitaires dont le mouvement abolitionniste IRA et l’association des femmes chefs de famille, apportent leur soutien à la victime. Elles ont dénoncé mardi 24 septembre lors d'une conférence de presse des tentatives d’étouffer l’affaire.

La jeune fille soutenue par les ONG s’appelle Ghaya Maiga. Issue d’une tribu Basknou de l’extrême est mauritanien près de la frontière avec le Mali. Elle travaillait pour une famille à Nouakchott, d’où elle s’est échappée pour mauvais traitement selon Minetou Moctar Ely, président de l’association des femmes chefs de famille.

« Elle a quitté la maison en pleurant, elle était mal traitée, battue, elle n'était même pas protégée parce qu'elle se couchait dans la cour sans moustiquaire, sans rien, dans de mauvaises conditions d'hygiène, mal payées à 10 000 ouguiyas. C'est insignifiant pour quelqu'un qui se lève à 5 heures du matin pour préparer les enfants et puis se couche à minuit après tout le monde. »

Toujours en liberté

Les présumés coupables ont été inculpés mais ils seraient toujours en liberté. Me Ahmed Ely, l'avocat de Ghaya Maiga : « Son père, sa mère et sa maitresse ont été inculpés pour pratique d'esclavage, pour torture d'un enfant mineur et mauvais traitement. Donc, le procureur les a inculpés ainsi et a transmis le dossier au juge d'instruction avec demande de dépôt en présence des inculpés. »

►À lire aussi : Une marche contre l'esclavage dans les rues de Nouakchott

Les autorités mauritaniennes soutiennent que la procédure suit sont cours. En 2014, la Mauritanie s’était dotée d’une loi criminalisant les pratiques esclavagistes.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.