Republier
Tunisie

Tunisie: polémique autour d'un contrat de lobbying au profit de Nabil Karoui

L'homme d'affaires et propriétaire de la chaîne Nessma TV Nabil Karoui, le 2 août 2019. Nabil Karoui, aujourd'hui en prison, est candidat à la présidentielle du 13 octobre.
© REUTERS/Zoubeir Souissi/File Photo

Nouvelle polémique en Tunisie au premier jour de la campagne pour le second tour de la présidentielle, prévue le 13 octobre. En cause : un contrat de lobbying au profit du candidat à la présidentielle Nabil Karoui, arrivé second au premier tour et en prison depuis le 23 août, et la société de lobbying Dickens & Madson Canada Inc. Un contrat rendu public par le département de la Justice américain, conformément à la loi de ce pays.

Le contrat en question (à consulter ici) a été signé le 19 août dernier, à quelques jours de l'arrestation de Nabil Karoui, déjà candidat déclaré à la présidentielle. Dans ce document, le dirigeant de la société de lobbying Dickens & Madson Canada Inc. s'engage à « faire du lobbying aux États-Unis, en Russie, à l'ONU (...) afin d'obtenir la présidence de la République ».

Il est aussi question d'« organiser une rencontre » avec les présidents américain et russe,  Donald Trump et Vladimir Poutine, là aussi selon ce contrat « pour parvenir à la présidence ». Mais ce qui fait surtout polémique c'est le montant de ce contrat : un milion de dollars. Un chiffre largement supérieur aux dépenses de campagnes autorisées en Tunisie.

A deux jours des élections législatives pour lesquelles le parti de Nabil Karoui semble bien placé, ces révélations posent de nombreuses questions. Le contrat a-t-il réellement été sollicité par Nabil Karoui ? Ce contrat est-il légal ou illégal ? Entre-t-il clairement dans les comptes de campagnes ? C'est l'une des questions qui agitent les réseaux sociaux. Selon le document publié, sur ce million de dollars, 250 000 ont déjà été payés par le candidat, les 750 000 restants sont dus mi-octobre.

« Campagne de dénigrement atroce »

Autre question : quelle conséquence aura cette révélation sur l'autre polémique de cette campagne à savoir le maintien en détention préventive de Nabil Karoui ? Mercredi soir, son entourage criait au mensonge et à la manipulation, même si le document est publié sur un site officiel de l'État américain. Les équipes de Nabil Karoui ont démenti être impliquées dans cette transaction et elles avancent que rien ne lie leur champion à cet engagement. Ce jeudi, les avocats du candidat n'étaient pas joignables.

Au-delà des questions légales, ces révélations, vraies ou fausses, viennent porter un nouveau coup à la campagne du candidat qui se dit emprisonné pour des raisons politiques. Difficile de prévoir quelles répercussions ces informations auront sur les élections législatives de dimanche et sur les présidentielles du 13 octobre.


Oussama Khelifi, conseiller politique et directeur de la campagne du candidat affirme que ce document est un faux. Il  dénonce « une campagne de dénigrement féroce » destinées selon lui dissuader les tunisiens de voter pour le parti de Nabil Karoui (« Kalb Tounès », « Au cœur de la Tunisie ») et menace de porter plainte contre le site Al-Monitor qui a diffusé le document et « toute personne qui tenterait de l'utiliser à des fins électoralistes ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.