Crash du 737 MAX: l'ancien ingénieur en chef d'Ethiopian Airlines accuse

Un Boeing 737 de la compagnie Ethiopian Airlines, le même modèle que l'appareil qui s'est écrasé ce dimanche 10 mars.
© REUTERS/Amr Abdallah Dalsh

Sept mois après le crash d’un Boeing 737 MAX de la compagnie Ethiopian Airlines, un de ses anciens employés pointe l’entreprise du doigt.

Son ancien ingénieur en chef a déposé une plainte contre Ethiopian Airlines le mois dernier devant la Federal Aviation Administration (FAA), l’autorité de régulation aérienne américaine. Yonas Yeshanew a compilé documents officiels et e-mails décrivant des manquements en tout genre : mécaniciens surmenés, employés sous-qualifiés ou pilotes épuisés.

L’ingénieur a demandé à la direction de mettre un terme à une pratique dangereuse qui consistait à laisser des avions voler après des réparations et des travaux de maintenance incomplets, incorrects, voire non effectués.

Centre de détention secret

Le crash du 737 Max d'Ethiopian Airlines, qui a fait 157 morts en mars au sud d’Addis-Abeba, a cloué au sol 400 appareils et mis le concepteur Boeing sur la sellette. Mais Yonas Yeshanew affirme qu'au lendemain du drame, la direction d'Ethiopian Airlines a ordonné la falsification de rapports afin que l’entreprise ne soit pas mise en cause.

Il prétend même que la compagnie possède un centre de détention secret où elle interroge, intimide et maltraite les employés rebelles. L’ancien ingénieur y a lui-même été malmené en juillet. Quatre jours après, il a fui aux États-Unis pour y demander asile.

L'agence Associated  Pressa interrogé plusieurs ex-employés qui ont confirmé au moins en partie cette liste d’accusations. Mais la compagnie aérienne nie en bloc et dénonce la vengeance d’un employé mécontent. Elle ajoute que Yonas Yeshanew a été licencié à cause de faiblesses dans son management, de problèmes de discipline et d’un manque d’intégrité.

►À lire aussi : Ethiopie: un Boeing d'Ethiopian Airlines s'écrase avec 157 personnes à son bord

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.