«Ça ne vaut pas le coup»: le nombre de départs pour l'Europe recule au Sénégal

Les jeunes de l'association Académie Banlieue Culture en discussion avec Mbaye Mor Dioum (au centre), qui souhaite partir en Europe
© W. de Lesseux/RFI

En France, les députés débattent ce lundi de l’immigration. Les chiffres des arrivées dites clandestines en Europe des migrants venus du continent africain marquent un coup d’arrêt. D’après l’agence Frontex, en un an les migrants sont 30% de moins à venir vers le continent. Reportage au Sénégal, où les candidats semblent moins nombreux à vouloir emprunter les routes migratoires irrégulières, souvent dangereuses.

Dans la banlieue populaire de Dakar, à Pikine, l’activité ne cesse pas le dimanche. Une casquette, un t-shirt vert : à l’ombre devant la boutique d’un menuisier, Mbaye Mor Dioum vient fuir la chaleur de son appartement. Le jeune homme, artiste, aimerait bien partir en France. « Je veux découvrir d’autres horizons. En tant qu’artiste, ça me paraît important. Je pense à la France depuis quelques mois maintenant. Mais c’est difficile de concrétiser ce projet », concède-t-il.

En vue de « concrétiser », le jeune rappeur prendra-t-il une route illégale ? « Il n’en est pas question ! J’y ai pensé… et puis non. Trop de risques. Je ne passerai pas par la voie illégale. Je ne me vois pas prendre la mer juste pour aller en France… ça ne vaut pas le coup. » Il dit avoir commencé des démarches administratives, restées pour l’instant sans succès.

Mbaye Mor Dioum est un des rares candidats au départ de la ville à avoir changé d’avis. Il est suivi par les membres de l’association Académie Banlieue Culture, qui organisent des conférences et des ateliers pour les jeunes sur le point de partir. Son président, Amath Sarr, estime qu’il vaut mieux « investir dans son pays » plutôt que de « dépenser des millions [de francs CFA, plusieurs milliers d’euros, NDLR] pour tenter une route qui de toute manière a peu de chances d’aboutir ».

Effets de fixation

Ces dernières années, l’association a moins de mal à convaincre les jeunes de rester. « Il y a des témoignages de ceux qui reviennent de France, explique Amath Sarr, et leurs galères sont loin des projections que peuvent avoir certains. L’Europe est devenue plus dure. » Quitte à devenir de moins en moins attractive.

A ses côtés, un de ses amis venu prendre le thé, Ibrahima Ba, opine du chef. Diplômé d’un Master 2, il n’a jamais voulu partir. « Nous avons tant de potentiels et de ressources à exploiter ici… Je ne trouve pas l’intérêt de partir. Si on est conscients de tout ça on peut s’enrichir au Sénégal. Je suis dans l’optique d’investir et de m’investir ici ».

« Il y a des choses qui nous fixent au Sénégal en ce moment. Des signaux. Comme la mosquée de Massalikoul Djinane ! » surenchérit Amath Sarr, en évoquant la nouvelle mosquée de la confrérie des mourides en plein cœur de Dakar. D’un coût de 30 millions d’euros, le lieu de culte a été construit et financé par les fidèles, inauguré fin septembre.

Mesures dissuasives

L’enthousiasme affiché de certains jeunes peut aussi masquer la volonté de départ de beaucoup d’autres, qui l’annoncent très rarement à leurs entourages. Les projets de partir en pirogue vers l’Espagne - un des sujets du film Atlantique, de Mati Diop - ou de prendre la route vers la Libye restent une réalité.

« Certes, on observe une baisse significative du nombre de départs vers l’Europe », souligne Florence Kim, porte-parole de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) en Afrique de l’Ouest. Mais « la perte des flux ne veut pas dire qu’il y a une perte d’attractivité pour l’Europe, qui a toujours été fantasmée. Mais elle devient inaccessible, les routes pour y aller sont dangereuses et un ‘mur’ a en quelques sortes été érigé par le continent aux frontières. Inaccessible physiquement mais aussi culturellement : on observe un repli des flux migratoires vers d’autres pays comme la Turquie par exemple. »

Reste que la grande majorité des migrations en Afrique de l’Ouest se déroule dans la sous-région. Près de deux Sénégalais sur trois ont migré dans des pays limitrophes - et non en Europe - en 2018 d’après l’Agence nationale de la statistique du Sénégal.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.