Burundi: l’enjeu du procès Ndadaye contre l'ancienne oligarchie d'origine tutsi

Vue de Gitega, la nouvelle capitale du Burundi, où se tient le procès Melchior Ndadaye.
© Wikimedia Commons / Public Domain

Dans le box des accusés mardi à l’ouverture du procès historique des « auteurs » présumés de l'assassinat, en 1993, de l’ex-président Melchior Ndadaye, quatre hauts gradés à la retraite. Ils font partie d'un groupe de 20 caciques de l'ancienne oligarchie issue de la minorité tutsi, qui a longtemps dirigé le pays. Quels sont les enjeux de ce procès, à quelques mois d'une présidentielle dans ce pays qui rend fébrile le régime actuel même s'il semble contrôler le pays d'une main de fer ?

Pour de nombreux spécialistes, le procès contre l'ancien président Pierre Buyoya et ses proches, tous issus de la minorité tutsi qui a dominé le Burundi pendant plus de trois décennies, est un signal fort lancé par l'ex-rébellion hutu du CNDD-FDD du président Pierre Nkurunziza, pour montrer qu'il a désormais tous les leviers du pouvoir entre ses mains.

Arrivé à la tête de l'État à la faveur des élections de 2005, ce parti a dû partager le pouvoir avec ses anciens ennemis conformément à l'accord de paix d'Arusha.

Mais la crise de 2015 a tout changé. Quatre ans de répression sanglante ont permis au régime du président Nkurunziza d'être désormais seul maître à bord. « Il prend aujourd'hui sa revanche sur Buyoya qu'il accuse d'être derrière ceux qui le combattent », explique l'un de ces spécialistes.

À lire aussi : Procès des assassins présumés de Melchior Ndadaye, premier président du Burundi

Enfin, la date de ce procès n'est pas due au hasard. Le Burundi est à huit mois d'une présidentielle pour laquelle Pierre Nkurunziza a déjà annoncé qu'il ne se représentera pas.

Après 14 ans de pouvoir, son parti est touché par l'usure du temps, et le pays traverse une crise aiguë. Par exemple, 70% de la population vit aujourd'hui en dessous du seuil de pauvreté comme à son arrivée au pouvoir, à la fin de la guerre civile.

Son candidat devra donc faire face à Agathon Rwasa, le leader historique de la plus ancienne rébellion hutu du pays, qui semble avoir le vent en poupe.

Le CNDD-FDD espère que ce procès va asseoir son leadership sur la communauté hutu « faiseuse de roi » au Burundi, selon les mêmes spécialistes.

À lire aussi : Burundi: l'opposition dénonce la dérive sectaire du Cndd-FDD

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.