Republier
Madagascar

À Madagascar, les cités des pauvres d'Akamasoa fêtent leurs 30 ans

Place centrale d'Andralanitra (du nom de la décharge municipale à ciel ouvert), le premier des 22 villages d'Akamasoa créés par le père Pedro, en 1989. Il a été construit sur la décharge.
© Sarah Tétaud/RFI

Akamasoa en malgache, « les amis fidèles », « les amis qui ne vous trahissent pas », est un ensemble de 22 villages créés de toute pièce en bordure d’Antananarivo qui accueille les « plus pauvres parmi les pauvres ». À l’origine de cette aventure : le père Pedro, missionnaire argentin présent sur l’île depuis un demi-siècle et une armée de collaborateurs, qui travaillent sans relâche depuis 1989. Reportage dans un lieu unique.

« Ma maison, c’est celle-là ! » Cette maisonnette blanche aux volets verts, identique aux 4000 autres construites ces 30 dernières années à Akamasoa, Vohangy en très fière. L’intérieur est simple : un lit, deux chaises, une commode. Le strict nécessaire. Mais pour cette quinquagénaire, arrivée ici en 1994, cette maison, c’est le symbole de sa résurrection.

« Nous habitions à la campagne, nous étions très très pauvres. Un jour, on nous a volé toutes nos cultures dans les champs. J’avais quatre enfants, plus rien à leur donner à manger. On est venus demander à père Pedro si on pouvait venir vivre ici. Depuis, ma vie a radicalement changé ! », raconte-t-elle.

Une maison, des enfants scolarisés, et surtout un travail : le triptyque essentiel pour retrouver une dignité. Vohangy casse des cailloux à la carrière d’Akamasoa. Un peu plus loin dans le village, nous rencontrons Ranaivo, 75 ans. Il revient de la décharge, un sac plein de bouteilles en plastique usagées sur le dos. Il est un survivant de cette misère pernicieuse que peuvent connaitre les personnes âgées abandonnées par leur famille.

Pieds nus, le visage marqué, celui qui est arrivé ici il y a trois ans raconte : « J’ai eu un grave accident, je ne peux plus travailler. C’est pourquoi j’ai demandé à vivre ici. Je suis heureux maintenant. J’ai retrouvé de l’espoir. »

Et puis dans ces villages de l’espérance, on trouve aussi des jeunes comme Kiady, 28 ans, qui n’ont rien connu d’autre. « C’est ici que j’ai grandi, que j’ai fait toute ma scolarité. Aujourd’hui je suis chauffeur mécanicien pour l’association. J’ai une femme, un enfant et une maison. Je suis heureux. Moi mon futur, il est ici ! », dit-il.

À Akamasoa, on y vit, on y né, on y meurt. Les cités comptent d’ailleurs quatre cimetières. En trois décennies, les villages ont accueilli plus d’un demi-million de personnes. Une formidable aventure humaine mais aussi le reflet sombre d’un État qui n’a pas réussi à intégrer les plus pauvres. Ce mouvement de solidarité commencé sur la décharge de la capitale malgache vient de fêter ses 30 ans.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.