Cameroun: Amadou Vamoulké demande une remise en liberté provisoire

Vue de Yaoundé, capitale du Cameroun. (Photo d'illustration)
© Tim E. White/Getty Images

Nouvelle audience mercredi 9 octobre dans l'affaire Amadou Vamoulké contre l'État du Cameroun. Le journaliste et ancien dirigeant de la CRTV, la radio et télévision publique camerounaise, en détention depuis 3 ans, a demandé une remise en liberté provisoire, en raison de la dégradation de son état de santé.

Amadou Vamoulké a personnellement présenté son bulletin de santé au collège des juges. Il leur a notamment expliqué, sur la foi de deux  certificats médicaux, l’un réalisé par l’hôpital central de Yaoundé et l’autre par l’Hôpital américain de Paris, qu’il souffre de problèmes neurologiques sévères.

Le journaliste a soutenu que son état de santé nécessite une prise en charge médicale urgente, à défaut de quoi, il risque une paralysie de ses membres inférieures. C’est sur la base de ce dossier médical qu’il a introduit une demande de remise en liberté provisoire qui lui permettrait d’aller suivre des soins.

Ses avocats, après lui, ont abondé dans le sens. « La demande de notre client est légitime », a souligné l’un d’eux. Il a  par ailleurs rappelé des dispositions de la loi sur la présomption d’innocence et souligné le fait que Amadou Vamoulké, s’il venait à être libéré, présentait des garanties de représentation suffisante devant les juridictions camerounaises en cas de besoin.

Face à ces arguments, l’avocat général pour le compte de l’accusation a demandé un renvoi pour préparer ses réquisitions. Cette dernière requête a été approuvée par le tribunal qui a fixé le renvoi au 21 novembre prochain. Ce sera alors la 24e audience dans cette affaire qui traîne en longueur depuis 3 ans et pour laquelle Amadou Vamoulké est poursuivi pour détournements de fonds publics, du temps où il dirigeait la radio et télévision publique camerounaise.

À lire aussi : Cameroun: nouvelle tentative pour faire libérer le journaliste Amadou Vamoulké

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.