Fuite de sujets au bac à Madagascar: des élèves en détention provisoire

Une classe d'école à Mahambo, Madagascar (illustration).
© Getty Images/David Gillanders

À Madagascar, huit élèves sont derrière les barreaux après des fuites de sujets au baccalauréat. L’examen qui s’est terminé vendredi dernier a été émaillé de nombreuses perturbations liées à des fuites de sujets. La gendarmerie et la police ont été chargées de mener les enquêtes. Avant-hier, huit étudiants et trois enseignants ont été placés en détention provisoire après leur défèrement au parquet.

« Il faut que les auteurs de ces fuites soient punis » disaient de nombreux lycéens à la sortie des épreuves la semaine dernière mais la mise en détention provisoire de plusieurs candidats a été vue comme une décision excessive.

À Imerintsiatosika, commune rurale située à 30 km au sud de la capitale, trois étudiants ont été mis sous mandat de dépôt. « Ils sont suspectés d’avoir diffusé la quasi totalité des sujets dans deux provinces, celles d’Antananarivo et de Fianarantsoa », indique le colonel Nathanael Bototsara, directeur de la police judiciaire de la gendarmerie. « Ceux qui ont utilisé ces documents n’ont pas été inquiétés », poursuit-il.

À Ambatondrazaka, ville à 300 km au nord d’Antananarivo, ce sont cinq candidats entre 18 et 19 ans soupçonnés de fraudes qui sont en prison en attendant leur procès, indique la police nationale.

« Les élèves ne sont pas en tort parce que la fuite des sujets ne vient pas d’eux ! La faute c’est celle d’abord du premier responsable, le directeur des examens », s’indigne Hanta Ratiarison, la présidente de la plateforme Action Scolaire pour les Malgaches Adolescents. Un directeur des examens qui a été limogé et arrêté lui aussi.

La semaine dernière, dans de nombreux lycées de la Grande Île, certaines épreuves ont été interrompues pendant plusieurs heures et se sont terminées parfois à la nuit tombée à cause de ces fuites de sujets.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.