Republier
Burundi

Burundi: les négociations gouvernement-Cnared suscitent des critiques

Vue de Bujumbura.
© Photo: SteveRwanda, source: Wikipédia

Les négociations directes entre le gouvernement du Burundi et une délégation du Cnared, une plateforme réduite aujourd'hui à une petite partie de l'opposition en exil, se poursuivent dans la plus grande discrétion dans la capitale économique du pays. Tout le monde ne s'en réjouit pas.

La Cefor, la Coalition des partis d'opposition pour la réhabilitation de l'accord d'Arusha qui s'est détachée du Cnared il y a quelques mois (en raison notamment de leurs différends sur ces négociations), estime qu'il s'agit d'« une tromperie » et d'« une escroquerie ». Son président Chauvineau Mugwengezo s'en explique à RFI.

Si Pierre Nkurunziza [président burundais, ndlr] s'est refusé de négocier avec la médiation de la communauté internationale, est-ce que c'est en négociant directement avec ses opposants qu'ils espèrent trouver un compromis fiable ? Non loin, de là. C'est une tromperie, une escroquerie dans laquelle ces gens-là vont être plongés [...] Ils vont négocier tout en sachant qu'ils ne vont pas aboutir sur un compromis qui pourrait rassurer tout le monde : les réfugiés en général et les politiques en particulier. Je suis sûr que derrière cette volonté d'aller négocier, il y a l'intérêt personnel qui prime sur l'intérêt général

Chauvineau Mugwengezo, président de la Cefor
11-10-2019 - Par Esdras Ndikumana

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.