Maroc: le roi gracie Hajar Raissouni, emprisonnée pour avortement illégal

Des manifestations avaient eu lieu début octobre au Maroc pour soutenir la journaliste Hajar Raissouni, condamnée à un an de prison pour «avortement illégal».
© STRINGER / AFP

Le roi du Maroc, Mohammed VI, a gracié la journaliste Hajar Raissouni, récemment condamnée à un an de prison pour « avortement illégal » et « relations sexuelles hors mariage », selon un communiqué officiel diffusé ce mercredi 16 octobre.

La jeune femme de 28 ans est sortie de prison ce mercredi 16 octobre. Elle avait été condamnée à un an de prison en même temps que son fiancé et que le gynécologue, l'anesthésiste et la secrétaire médicale.

Les familles ont accueilli l’annonce de leur libération avec soulagement et sont allées, très rapidement, les chercher à la sortie de la prison. Le soir même, une photo de Hajar Raissouni libre s’est propagée sur les réseaux sociaux. On y a voit la jeune femme avec un grand sourire, un bouquet de fleurs à la main et ses doigts en signe de victoire.

Une victoire pour la jeune femme et son fiancé, pour l’équipe médicale, mais aussi pour les défendeurs des droits humains et des militants féministes qui avaient fait pression pour demander leur libération.

Une mauvaise publicité pour le Maroc

De nombreuses associations de défense des droits de l'homme, de défense de liberté de la presse s'étaient emparées du dossier pour dénoncer le sort réservé à Hajar Raissouni. Une mauvaise publicité dont le roi Mohammed VI se serait bien passée. On le sait en effet soucieux de l'image du royaume chérifien au niveau international, lui qui se veut moderniste. Il a donc coupé court au tapage médiatique avec cette grâce, mais certains observateurs, ainsi que des soutiens de la journaliste notent que l'histoire ne s'arrête pas là. En effet, cette grâce n'enlève rien à la condamnation infligée par le tribunal de Rabat, un appel était d'ailleurs en cours.

Ces mêmes observateurs notent que si le roi a mis fin à la polémique hors de ses frontières, c'est probablement aussi un moyen pour lui d'éteindre le débat qui s'est soulevé au Maroc quant aux libertés individuelles et aux interdits religieux. De nombreux responsables associatifs notamment ont de nouveau réclamé que soit modifié le Code pénal.

Un manifeste de soutien

Hajar Raissouni avait reçu le soutien de journalistes, d'intellectuels, de politiques, mais aussi de Marocains. Un manifeste de soutien, appelé le manifeste des « hors-la-loi », avait reçu plus de 10 000 signatures. Ce texte dénonçait notamment des lois liberticides.

« Cette affaire a fait beaucoup de bruit ; ça a choqué beaucoup de Marocains. On a fait des débats en prime time, à la télévision marocaine, en langue arabe, en langue française. C'est un soulagement de voir qu'une partie importante du peuple au Maroc s'est positionnée contre le fait que l'État s'occupe de ce qui se passe dans notre chambre à coucher », analyse le sociologue Mehdi Alioua, sociologue et signataire du manifeste.

Une victoire pour la liberté de la presse

Hajar Raissouni écrit pour un journal d'opposition. Après son arrestation, la journaliste avait dénoncé un « procès politique » lié à son travail journalistique et à sa famille. L’un de ses oncles est rédacteur en chef d’un journal indépendant arabophone, l’autre est fondateur d’un mouvement islamiste.

« Au niveau de la profession, beaucoup ont eu peur d'écrire [...] et là effectivement, il y a eu un soulagement parce qu'on se dit que justice est rendue. Il y a quand même un motif d'espoir pour la profession. C'est extrêmement important que la liberté de la presse ne soit pas menacée par une instrumentalisation de la justice », a réagi Mohamed Ezouak, directeur de publication du site d'information Yabiladi.com

Cette décision a été motivée par « la compassion » et le « souci » du roi de « préserver l'avenir des deux fiancés qui comptaient fonder une famille conformément aux préceptes religieux et à la loi, malgré l'erreur qu'ils auraient commise », précise le ministère de la Justice dans le communiqué.

La grâce royale n’innocente donc pas la jeune femme, ni le médecin. Pourtant, ils ont tous les deux toujours affirmé qu’il n’y a pas eu d’avortement. Hajar Raissouni assure qu’elle a consulté en urgence après une hémorragie interne, ce que son gynécologue avait confirmé devant le tribunal de Rabat.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.