Republier
RDC

RDC: l'opposition bataille pour le poste de rapporteur adjoint de l'Assemblée

L'opposition congolaise n'arrive pas à se mettre d'accord pour le poste de rapporteur adjoint de Assemblée nationale (image d'illustration)
© JUNIOR D.KANNAH / AFP

Les opposants n’arrivent toujours pas à trouver leur délégué pour le poste de rapporteur adjoint de l’Assemblée nationale. Les discussions entre les trois groupes parlementaires de l’opposition n’avancent pas. Ils s’en remettent désormais à leurs leaders Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba.

Ce n’est que le 3 octobre, soit environ trois semaines après la rentrée parlementaire que les principaux groupes d’opposition ont décidé d’occuper ce poste au bureau de l’Assemblée nationale.

Jusque-là, ils avaient décidé de ne pas faire partie de ce bureau pour protester contre les résultats des élections et la décision de la coalition au pouvoir de ne leur accorder qu’un seul poste au lieu de deux comme ils le souhaitaient.

Tous sauf Martin Fayulu, leur candidat à la présidentielle, ont accepté ce compromis étant donné qu’après négociation avec la majorité au pouvoir, ils avaient réussi à obtenir la direction de trois de 10 commissions permanentes de la chambre basse du Parlement.

Consensus difficile

Si le partage des responsabilités au sein des commissions ne semble pas poser problème, le consensus est encore difficile pour désignation celui qui occupera le poste de rapporteur adjoint.

Le MLC de Jean-Pierre Bemba a exprimé le vœu d'occuper ce poste pour, dit-il, compenser le fait que le camp Moïse Katumbi, occupe déjà le même poste au bureau du Sénat.

Pour sa part, le groupe parlementaire MS-G7, un de deux groupes proches de l’opposant Moïse Katumbi, estime que ce poste lui revient de droit en raison de son poids numérique à l’Assemblée nationale.

S’il n’y a toujours pas consensus, les trois groupes parlementaires de l’opposition présenteront chacun son candidat et la plénière dominée par la majorité au pouvoir tranchera.

Entre-temps, ils attendent l’arbitrage du présidium de Lamuka dont sont membres les trois groupes. Le temps ne joue pas en faveur de l’opposition étant donné que le calendrier législatif est chargé. Le gouvernement va bientôt déposer le projet de loi de finances 2020 et l’essentiel du travail de son examen se fait en commission.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.