Les projets de la Chine dans la Corne de l'Afrique interrogent

Un cadre de la China Commmunication Construction Company (CCCC) à côté de la ligne Standard Gauge, à Mai Mahiu, le 16 octobre 2019.
© SIMON MAINA / AFP

La Corne de l’Afrique fait appel aux Chinois pour construire et financer leurs infrastructures. Résultat : le commerce bilatéral a explosé, tout comme la dette des pays envers Pékin.

Le Kenya vient d’inaugurer une nouvelle ligne de train controversée. 120 km de rail entre Nairobi et Susua, plus au nord, financée et construite par les Chinois, pour 1,5 milliard de dollars. Une autre ligne en 2017, entre la capitale et Mombasa sur la côte, avait coûté plus de 3 milliards. Même si la viabilité des projets est mise en doute, la Chine s’impose une fois de plus comme le premier partenaire dans la Corne. Pékin avait déjà construit la liaison ferroviaire entre l’Éthiopie et Djibouti lancée en 2018.

L’équation est connue. La Corne de l’Afrique fait appel aux Chinois pour construire et financer leurs infrastructures. Résultat : le commerce bilatéral a explosé, tout comme la dette des pays envers Pékin.

Les économistes craignent une spirale menant au défaut de paiement. En 2017, le Sri Lanka avait par exemple dû céder un port aux Chinois pour rembourser son prêt. Certains estiment aussi que Pékin pourrait utiliser la dette pour orienter les choix politiques de ses débiteurs.

Pour autant, les experts estiment qu’un scénario sri lankais dans la Corne de l’Afrique est peu probable. L’Éthiopie a une forte dette, mais le pays bénéficie d’une importante aide au développement et de partenaires variés avec les pétro-monarchies.

Enfin aucun signe ne montre un affaiblissement de sa souveraineté. Très endetté aussi, le Kenya a plusieurs leviers : son économie dynamique, sa lutte contre le terrorisme, sa position maritime stratégique. Nairobi sait d’ailleurs tenir tête à Pékin quand c’est nécessaire.

Djibouti inquiète davantage. Les Chinois détiennent l’essentiel de sa dette extérieure. Or le pays a une économie bien plus modeste que ces deux voisins. Certains pensent même que cette équation a permis à la Chine d’y construire sa seule base militaire à l’étranger.

« Les Djiboutiens se sont battus pour leur indépendance. Le pays n’est pas à vendre », rétorque un porte-parole de la majorité. Selon Daoud Houmed, « Pékin sera remboursé en temps et en heure. Je préfère qu’on leur emprunte et qu’on exploite nos atouts », dit-il.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.