Génocide au Rwanda: le CPCR en France regrette les lenteurs de la justice

Cérémonie à Paris commémorant le 25e anniversaire du génocide au Rwanda, le 7 avril 2019.
© Clara Losi / RFI

En France, le Collectif des parties civiles pour le Rwanda (CPCR) salue un arrêt de la Cour de cassation, daté du 16 octobre, confirmant la condamnation à la réclusion criminelle à perpétuité d'Octavien Ngenzi et de Tito Barahira, pour leur participation active au génocide des Tutsis, au Rwanda.

Les deux anciens bourgmestres, Octavien Ngenzi et Tito Barahira s'étaient pourvus en cassation, en juillet 2018, après leur procès en appel.

Joint par RFI, Alain Gauthier, président du CPCR en France, se félicite de cette décision « attendue » qui « porte à trois le nombre de génocidaires condamnés », en 25 ans, en France. Il s'agit cependant d'« un bien piètre bilan », pour le responsable du CPCR qui regrette les lenteurs de la justice française dans ces affaires.

Trois [génocidaires condamnés] en 25 ans, c’est quelque chose que nous ne pouvons pas supporter, en tant que représentants des victimes.

Alain Gauthier
20-10-2019 - Par Liza Fabbian

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.