Barrage de la Renaissance: le ton monte entre l'Éthiopie et l'Égypte

Le barrage de la Grande Renaissance sur le Nil en Éthiopie, le 26 septembre 2019.
© REUTERS/Tiksa Negeri

Les tensions continuent entre l’Égypte et l’Éthiopie concernant le « grand barrage de la Renaissance ». Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed, devrait rencontrer le président égyptien Abdel Fatah al-Sissi ce mercredi 23 octobre, en marge du sommet Russie-Afrique. Le face-à-face promet d’être houleux.

Abiy Ahmed a tenu des propos pour le moins agressifs mardi lors d’une séance de questions-réponses au Parlement. Alors que la tension est vive avec Le Caire, le Premier ministre éthiopien a déclaré « qu’aucune force ne pourrait empêcher l’Éthiopie de construire le barrage ».

« Si nous devons entrer en guerre, nous pouvons mobiliser des millions de personnes. Si certains peuvent tirer un missile, d’autres peuvent utiliser des bombes », a-t-il lancé aux députés. Des propos surprenants de la part d’un Abiy Ahmed célébré dans le monde entier depuis son prix Nobel de la Paix décerné il y a à peine quelques jours.

Néanmoins, le Premier ministre s’est bien gardé de franchir une ligne rouge. Il a rappelé que la guerre « n’était dans l’intérêt de personne et que l’Éthiopie n’avait aucune volonté de faire du mal à l’Égypte ».

Le Caire tente de faire intervenir un médiateur dans la crise. Les Égyptiens auraient déjà contacté les États-Unis, la Russie, la Chine ou encore le Conseil de sécurité. Mais jusqu’à présent, les Éthiopiens refusent tout intermédiaire. Le mois dernier le président al-Sissi avait déclaré à l’ONU que l’Égypte ne laisserait « jamais Addis-Abeba imposer une situation de fait » en remplissant le réservoir du barrage sans accord préalable.

En coulisse, certains responsables égyptiens seraient d’ailleurs passablement énervés par les échecs successifs des pourparlers. Pour certains, toutes les options seraient même sur la table. Ces dernières semaines, des médias proches du pouvoir ont d’ailleurs encouragé Le Caire à utiliser la force. Voilà qui promet pour la rencontre de ce mercredi.

Cette infrastructure unique en Afrique, construite par Addis-Abeba sur le Nil Bleu, est aux deux-tiers achevée. Les Éthiopiens veulent désormais remplir le réservoir le plus vite possible. Ce que refusent les Égyptiens qui craignent une forte baisse de leurs ressources en eau.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.