Congo: l'opposant Mokoko autorisé à sortir de prison pour les obsèques de sa mère

L’ex-candidat à la présidentielle, le général Jean-Marie Michel Mokoko, à l’ouverture de son procès, le 7 mai 2018.
© RFI / Florence Morice

L’annonce a été faite sur Twitter par le porte-parole du gouvernement congolais, Thierry Moungalla. Le général Jean-Marie Michel Mokoko est en prison à Brazzaville depuis près de trois ans. Il a été condamné à une peine de 20 ans d’emprisonnement pour « atteinte à la sûreté intérieure et détention illégale d'armes et munitions de guerre ».

Le général Mokoko va pouvoir quitter provisoirement la maison d’arrêt de Brazzaville pour assister aux obsèques de sa mère. Selon une source gouvernementale, les autorités ne s’opposeront pas à la requête déposée par ses avocats auprès de la justice, samedi dernier.

Maître Jean-Philippe Esseau, l’un des avocats de l’ancien chef d’état-major des forces armées, se dit satisfait. Il espère que son client obtiendra une permission de quelques jours pour organiser les obsèques : « Notre demande est une demande légitime, une demande - je pourrais dire - humaine, pour le général Mokoko, qui est fils unique de sa maman. Sa maman décède, il est en prison et il n’a pas vu sa maman depuis au moins deux ans, depuis qu’il a été incarcéré. Le fait qu’on lui permette d’aller assister à la dernière demeure de sa maman n’est que naturel, humainement. »

Aucune date avancée

Les avocats du général Mokoko attendent donc une décision de la justice, qui devra également se prononcer sur la durée de sa libération provisoire. A en croire un de ses avocats, une garde devant assurer sa sécurité et sa protection durant les obsèques de sa mère lui a été affectée. Tout porte à croire que sa brève sortie va intervenir ce vendredi ou samedi, le jour même des obsèques, a estimé cet avocat. La mère du général Mokoko est décédée vendredi dernier à Pointe-Noire. Et son corps doit encore être rapatrié dans la capitale Brazzaville.

Néanmoins, le tweet du porte-parole du gouvernement a suscité la polémique au Congo. Pour les partisans du général Mokoko, cette intervention du pouvoir est la preuve que ce dernier est bien un prisonnier politique.

L'espoirs des partisans de Mokoko

Jeudi quelques militants et autres proches du général Mokoko se sont retrouvés très discrètement dans la zone de la maison d’arrêt de Brazzaville pour attendre sa sortie. Ils sont rentés quelque peu déçus.

« Sa libération est un acte que nous attendons. Même le voir pendant une semaine nous fera un soulagement. Lui permettre d’aller assister aux obsèques de sa mère c’est à la fois un acte solidaire et humanitaire. Nous les Africains, nous sommes solidaires et humanitaires », a déclaré un militant. « On veut le voir être libéré brièvement. C’est tout », a dit une autre militante.

Candidat malheureux à la présidentielle de 2016. Arrêté la même année, le général Mokoko a été jugé et condamné à 20 ans de réclusion en 2017 pour atteinte à la sécurité intérieure de l’État.

Le tweet du ministre e la Communication, nous fait croire que le général Mokoko est un prisonnier politique.

Trésor Nzila, le président de l'OCDH
25-10-2019 - Par Bineta Diagne

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.