Opérations conjointes en RDC: un projet qui ne fait pas l’unanimité

Les FARDC déployées à Beni dans l'est de la RDC.
© REUTERS/Goran Tomasevic

Ce jeudi débutait une importante réunion à Goma entre les états-majors des pays la région. Mi-septembre déjà, la RDC, le Burundi, le Rwanda, l’Ouganda et la Tanzanie avaient discuté des moyens de lutter ensemble contre les groupes armés congolais et étrangers qui pullulent dans l’est de la RDC. Une réunion qui suscite la polémique.

D’Uvira au Rutshuru, en passant par le Palais du peuple à Kinshasa, partout des voix se sont élevées pour protester contre la perspective d’une arrivée prochaine d’armées étrangères dans l’est de la RDC. C’est la diffusion sur les réseaux sociaux d’un document de travail de l’armée congolaise qui a attiré l’attention du public sur cette réunion.

Quand il écrit à son homologue du Burundi pour l’inviter à la réunion qui s’ouvre aujourd’hui, le chef d’état-major de la RDC, le général Célestin Mbala, associe au courrier un plan opérationnel. L’état-major intégré devrait être basé à Goma et avoir en son sein des représentants des armées rwandaise, burundaise, ougandaise, tanzanienne. Kinshasa souhaiterait aussi des délégués de la Monusco ou d’Africom.

Dans ce document, il est également prévu que les voisins de l’Est envoient des unités de forces spéciales. Et c’est bien ce qui hérisse la société civile, encore traumatisée par les crimes commis par ces armées lors des deux guerres du Congo et ces longues années d’occupation. À un an du dixième anniversaire du rapport de l’ONU qui avait recensé 617 crimes, cette perspective est perçue par beaucoup d’organisations comme un nouvel affront à la mémoire des victimes. D’autres dénoncent une forme d’hypocrisie et accusent les FARDC de déjà laisser ces armées mener des opérations sur son territoire.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.