Congo-Brazzaville: l’opposant Mokoko n’assistera pas aux obsèques de sa mère

Une vue du Palais de justice de Brazzaville.
© DR

Malgré une autorisation de sortie de quelques heures émise par la justice, le général Jean-Marie Michel Mokoko, en prison à Brazzaville depuis près de trois ans, n'assistera pas aux funérailles de sa mère.

Le tribunal de grande instance de Brazzaville lui a accordé deux autorisations. La première, ce samedi 26 octobre, entre 9h et 15h, pour assister aux funérailles de sa mère, et la seconde, après-demain lundi 28 octobre, aux mêmes horaires, pour prendre part au conseil de famille. Mais Jean-Marie Michel Mokoko ne saisira cependant pas l'occasion. Il juge incompréhensible et injuste qu'on ait restreint à ce point les horaires auxquels il aurait eu le droit de sortir.

« Le général Jean-Marie Michel Mokoko constate, à travers cette décision, une occasion de plus, de vouloir le mettre à genoux. Il garde le moral et il n’accepte pas cette décision. Il laisse à sa famille le soin d'enterrer sa maman. Il est fils unique et il avait souhaité obtenir une permission régulière, comme tous les autres condamnés, de cinq jours au moins, afin d'avoir l’occasion d’aller accueillir la dépouille mortelle de sa maman à son arrivée à l’aéroport de Maya-Maya et de la conduire à la maison. Il n’accepte donc pas cette décision qui consiste à réduire sa liberté une fois de plus », explique l'un de ses avocats, Maître Jean-Philippe Esseau, joint par RFI.

Ainsi Maître Jean-Philippe Esseau le confirme : le général Jean-Marie Michel Mokoko ne sortira pas en exécution de cette décision du juge d’application des peines.

Candidat malheureux à la présidentielle de 2016 et arrêté la même année, le général Mokoko a été jugé et condamné à 20 ans de réclusion en 2017 pour « atteinte à la sécurité intérieure de l’État ». 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.