Soudan du Sud: des pluies d’une force exceptionnelle ajoutent au chaos existant

Inondations à Panthau, Soudan du Sud, en 2017.
© Albert Gonzalez Farran / AFP

Le Soudan du Sud subit depuis juillet de fortes pluies et désormais, selon les Nations unies, près d’un million de personnes sont touchées. Les régions du Nord et du Nord-Est sont particulièrement touchées. Un phénomène exceptionnel qui fragilise un pays dans une situation humanitaire déjà désastreuse.

Selon l’ONU, c’est du jamais vu depuis des décennies. Des pluies record, qui selon les prédictions devraient encore durer plusieurs semaines, alors que ça devrait déjà être le début de la saison sèche.

Les humanitaires sont en train de redéployer leurs équipes et leurs moyens pour parer à l’urgence. « C’est cruel, explique Sajit Menon. Ces gens souffraient déjà de la faim. Ils se sont réfugiés dans les hauteurs. Il faut les atteindre avant qu’il ne soit trop tard. Des milliers de vies sont en danger », déclare le représentant d’Oxfam au Soudan du Sud. Un défi immense dans un pays qui compte seulement 200 km de routes bitumées.

La situation est aggravée par la destruction d’infrastructures cruciales comme les centres de soin. À Pibor, Médecins sans Frontières a vu son hôpital inondé. Les patients ont dû être renvoyés chez eux. À Maban, un enfant malade placé sous oxygène est par exemple mort lorsque les générateurs inondés se sont arrêtés, une coupure de courant fatale au jeune patient.

Le pays n’est pas au bout de ses peines. Les pluies ont détruit 17 000 hectares de terres, 20 000 tonnes de nourriture, des milliers de têtes de bétail. Alors que 60% de la population est déjà en situation de malnutrition, le chiffre risque d’augmenter encore.

Avec les inondations, des épidémies de paludisme, d’hépatite A, de diarrhée sont à craindre. Le choléra, pourtant disparu du pays depuis un an, pourrait revenir.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.