Republier
Mali

Mali: au moins 49 militaires tués dans l'attaque d'un camp militaire à Indelimane

Une patrouille de l'armée malienne à Anderamboukane, dans la région de Ménaka, le 22 mars 2019 (image d'illustration).
© Agnes COUDURIER / AFP

Au moins 49 militaires ont été tuées vendredi 1er novembre dans une attaque qualifiée de terroriste au Mali. C'est une position des Fama à Indelimane, dans le secteur de Ménaka (nord-est), qui était ciblée.

C'est l'attaque la plus meurtrière perpétrée au Mali depuis plusieurs années, et l'une des pires qui s'y soient produites depuis 2012 et le début du conflit dans le nord du pays, suivie tout début 2013 par l'intervention des troupes françaises sur ordre du président Hollande.

► À lire aussi : Journée de solidarité au Mali avec les enseignants victimes des attaques jihadistes

L’assaut d'Indelimane, qualifié de « terroriste », a été minutieusement préparé. Selon les premières informations, il a démarré à la mi-journée, vendredi, par des tirs de mortier sur ce camp militaire. Ensuite se sont succédé de petits commandos d'hommes armés, certains sur des motos.

L’armée malienne a d'abord donné un bilan provisoire de 15 morts, avant de parler de 35 victimes. Plus tard dans la soirée, Yaya Sangaré, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, a fait état de 54 morts, dont un civil. Ce samedi, le dernier point de situation de l'armée évoque 49 morts. Vingt soldats auraient survécu. On compte également plusieurs blessés, évacués avec l'aide des forces internationales, selon une source.

Samedi à la mi-journée, les forces maliennes occupaient de nouveau leurs positions dans la localité. Les premiers renforts nationaux sont arrivés sur place vendredi en fin d'après-midi. « Nous faisons du ratissage. Nous cherchons quelques disparus », a déclaré à RFI une source militaire malienne.

Les dégâts matériels sont importants du côté des forces de défense et de sécuritaire du Mali, les Fama. Plusieurs véhicules ont été emportés par les assaillants. Le président Keïta a déjà reçu des responsables chargés des questions sécuritaires. Ce samedi, il devait encore présider une réunion de crise.

► À lire aussi : Un front commun de groupes jihadistes derrière les récentes attaques ?

Indelimane est une localité malienne du Nord-Est, située à mi-chemin entre deux cercles : Ménaka et Ansogo, à une centaine de kilomètres au nord de la frontière avec le Niger.

Le secteur est un théâtre d'opération du groupe terroriste État islamique dans le Grand Sahara. Le ministre Sangaré appelle à l’union sacrée pour réussir « la guerre pour la liberté ».

L'attaque d'Indelimane survient un mois après les attaques de Boulkessi, le 30 septembre dernier, et de Mondoro, le 1er octobre, dans le sud du pays, près du Burkina Faso. Deux attaques meurtrières dont le bilan officiel communiqué par les autorités maliennes était de 40 victimes.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.