Toussaint: problèmes et enjeux des funérailles à Madagascar, en RDC et au Bénin

Le calendrier astrologique malgache. L'astrologue, le mpanandro, est un personnage central dans funérailles
© Laetitia Bezain/RFI

Depuis près de mille ans, les chrétiens célèbrent les fidèles défunts le 2 novembre de chaque année. Un jour communément appelé fête des morts et qui, petit à petit, se retrouve célébré le 1er novembre, jour de la Toussaint. L'occasion pour RFI d'illustrer cette fête avec des exemples de différentes pratiques en relation avec la mort en Afrique.

♦ Madagascar : le mpanandro, personnage central dans funérailles

Le mpanandro ou astrologue en français est un personnage central dans toutes les cérémonies malgaches liées à la mort. Pays aujourd’hui majoritairement chrétien et musulman, la culture traditionnelle reste bien présente sur la Grande Ile. Dans chaque ville et village se trouve cet homme que les familles consultent pour fixer les dates propices aux rites funéraires et assurer leur bon déroulement.

D’un point de vue malgache, les vivants et les morts ne se séparent pas, ils sont toujours connectés. Les morts prennent soin des vivants. L’astrologie, savoir orienter les choses et savoir le bon moment pour faire les choses, du point de vue des Malgaches, c’est totalement vital.

Le mpanandro, figure-clé des obsèques
01-11-2019 - Par Laetitia Bezain

♦ RDC : le casse-tête de la morgue

En RDC, placer le corps d’un membre de sa famille à la morgue provinciale de Kinshasa est souvent un calvaire. La multiplicité d’intermédiaires et de frais officiels et officieux à payer est un casse-tête pour les familles quand elles doivent placer et récupérer les dépouilles.

Pour déposer le corps, on nous a demandé 30 000 francs. On a donné 30 000 francs puis on a donné 150 000 francs pour embaumer le corps. Le prix n’est pas officiel, c’est ça le grand souci.

Frais et intermédiaires multiples à la morgue
01-11-2019 - Par Patient Ligodi

♦ Bénin : le prix exorbitant des obsèques

Les funérailles en Afrique de l'Ouest coûtent parfois très chers aux proches. Car quelque soit le milieu social, chacun veut un bel enterrement et une grande réception. Dans le sud du Bénin, la famille Miassi prépare pour ce week-end les obsèques de mamie Jeanne, 85 ans, commerçante et surtout gardienne des us et coutumes de la famille, décédée le 24 septembre 2019. Elle sera inhumée samedi à Akodéha, dans le Mono.

Nous avons prévu 10 000 francs pour les hommes, 5 000 francs pour les femmes. Il y a des personnes de la famille qui déboursent de l’argent pour l’organisation. Ce sera une très grande cérémonie.

Les familles béninoises s'endettent pour les funerailles
01-11-2019 - Par Jean-Luc Aplogan

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.