Republier
Côte d'Ivoire

Le Cojep dénonce un harcèlement politique contre son président Blé Goudé

Charle Blé Goudé devant la Cour pénale internationale, le 2 octobre 2014.
© ICC-CPI

L’ex-ministre de la Jeunesse de Laurent Gbagbo, toujours en liberté conditionnelle à La Haye, sera poursuivi par le tribunal criminel d’Abidjan pour des crimes présumés commis lors de la crise post-électorale de 2010-2011. Pour le Cojep, cette procédure est une nouvelle manoeuvre du pouvoir pour empêcher un éventuel retour prochain de Blé Goudé, acquitté par la CPI, en janvier dernier.

« Un harcèlement politique », « une volonté d’écarter un adversaire », « une utilisation de la justice à des fins politiques »… Le Cojep ne manque pas de qualificatifs pour dénoncer la décision la veille du procureur général de la cour d’appel d’Abidjan de poursuivre Charles Blé Goudé pour « crimes contre des populations civiles » et « crimes contre des prisonniers de guerre ». Des infractions respectivement appelées désormais « crimes contre l’humanité » et « crimes de guerre » depuis la récente réforme du Code pénal ivoirien.

Pour le Cojep, la variation de la justice ivoirienne, qui a choisi en 2014 de transférer à La Haye l’ex-leader des Jeunes patriotes, s’explique par l’acquittement de ce dernier en première instance par la CPI en janvier dernier. Le secrétaire général du Cojep, Dr Patrice Saraka : « La sous-traitance du dossier Charles Blé Goudé ayant échoué à la Cour pénale internationale, le pouvoir ivoirien tente d'utiliser à nouveau l'appareil judiciaire pour faire aboutir son programme, son propre agenda politique. Charles Blé Goudé n'est pas poursuivi pour ce qu'il a fait, mais pour ce qu'il est. Nous pensons que Charles Blé Goudé est vu comme un adversaire redoutable. »

Le gouvernement a réaffirmé cette semaine que l’État n’interférait pas dans les procédures judiciaires, alors que doit se tenir la présidentielle dans un an. S’il n’a pas officiellement annoncé sa candidature, Charles Blé Goudé répète à l’envi qu’il compte bien jouer sa partition sur la scène politique ivoirienne.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.