Republier
Soudan du Sud

Soudan du Sud: à Bentiu, au nord du pays, l’attente des populations déplacées

Une famille de déplacés du village de Bentiu, au nord du Soudan du Sud, 14 novembre 2019.
© Sébastien Nemeth/RFI

Le Soudan du Sud attend toujours son gouvernement d’union. Les parties ont prolongé de 100 jours la transition, jusqu’en février, pour la nomination des nouveaux ministres et le retour du chef rebelle Riek Machar. La ville de Bentiu, dans le nord du pays, a subi de terribles combats et violences. Une partie de la localité a été abandonnée et les bâtiments vacants sont occupés par des familles déplacées.

Nyaogaï passe le balai dans un bâtiment administratif qu’elle squatte depuis cinq ans avec six autres familles. Tout le quartier a été abandonné pendant la guerre. Des déplacés ont profité du vide pour occuper ces bâtisses aux murs parfois encore criblés d’impacts de balles ou noircis par les incendies. « Quand les violences ont éclaté près du village, on a pris les enfants et on a fui sans réfléchir. Ma maison a été détruite. Il n’y a plus rien. Quand on est arrivés en ville, on a vu que la boutique était vide. On a décidé de s’y installer. Les humanitaires nous ont donné des matelas, des ustensiles et de la nourriture. On gagne aussi un peu d’argent en vendant du bois de chauffe. »

Des familles ont tenté d’aller au POC, le grand camp de Bentiu où vivent plus de 100 000 déplacés. Mais certaines ont renoncé, comme Lilian Narieni, qui vit avec une vingtaine de personnes dans un une boutique abandonnée. « On manquait de place et il y avait tellement de querelles entre familles. C’était dur d’y vivre. On est venus là. On a ramassé du bois pour fabriquer des lits, mais il n’y a même pas de matelas. Mais nous n’avons pas le choix. On doit supporter la situation. Si le propriétaire de la boutique revient, on aura qu’à se mettre là-bas sous les arbres. On n’aura nulle part ailleurs où aller. »

Pour limiter les squats, les humanitaires ont ouvert deux sites temporaires abritant 750 familles particulièrement vulnérables. Mais chaque fois, les bâtiments libérés ont été squattés par de nouvelles familles. Très peu veulent rentrer dans leurs villages d’origine. Toutes attendent une paix définitive.

►À lire aussi : Soudan du Sud: l'incertitude politique plombe le redémarrage économique

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.