Kenya: enquête de l’ONU sur l’attaque contre le complexe hôtelier DusitD2

Des forces de sécurité encerclent le complexe visé par une attaque des shebabs, à Nairobi, Kenya, le 15 janvier 2019.
© REUTERS/Baz Ratner

On en sait plus désormais sur les terroristes du groupe jihadiste somalien al-Shabab qui ont pris d'assaut un complexe commercial et un hôtel de luxe de Nairobi, au Kenya, le 15 janvier dernier.

Dans leur rapport daté du début du mois de novembre, les enquêteurs du Groupe de contrôle de l'ONU sur la Somalie ont reconstitué les parcours et les liens des assaillants qui ont tué 21 personnes, ce jour-là. Leur enquête révèle surtout qu'al-Shabab ne recrute pas seulement en Somalie.

Le chef du commando était Kényan. Il s'appelait Ali Salim Gichunge. Il avait 27 ans au moment de l'attaque et était né dans une petite ville du centre du pays, d'un père militaire à la retraite. Sa femme aussi est Kényane. Elle s'appelle Violet Wanjiru et vit aujourd'hui cachée par al-Shabab, quelque part en Somalie.

Tuer un maximum de monde

Les jours précédents, tous deux avaient discrètement recueilli, dans leur location d'une banlieue de la classe moyenne, quatre hommes soigneusement choisis. D'abord un jeune originaire du port de Mombasa, infiltré depuis la Somalie et déjà bien connu de la police kényane. C'est lui qui s'est fait exploser devant la terrasse d'un restaurant pour ouvrir la voie. Ensuite, trois autres garçons dont deux anciens réfugiés du camp de Dabab, qui eux étaient chargés d'entrer les armes à la main dans le complexe hôtelier DusitD2 et de tuer un maximum de monde.

Dans leur rapport, les enquêteurs de l'ONU révèlent ainsi la grande autonomie dont a bénéficié le commando. Ali Salim Gichunge a tout choisi par lui-même à savoir la cible et les membres de son équipe, sans jamais recevoir d'instructions et sans rendre de comptes. De l'argent lui était simplement envoyé de Somalie, via un système de paiement par mobile.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.