Côte d’Ivoire: des dessins de presse contre l’émigration clandestine

L'affiche du festival Cocobulles lors d'une précédente édition en Côte d’Ivoire, à Grand-Bassam, du 16 au 18 mars 2017.
© Cocobulles

Le festival de dessins de presse Cocobulles s’est achevé ce samedi à Abidjan. Cette année, le thème du festival était la lutte contre l’émigration irrégulière, alors que la Côte d’Ivoire est l’un des principaux pays pour les candidats au départ vers l’Europe.

Constant Tonakpa est venu de Cotonou pour le festival Cocobulles. En tant que dessinateur et citoyen, il souhaite que la jeunesse s’investisse plus sur le continent. « Je pense qu’il faut que les Africains restent dans leur pays pour construire leur pays. La précarité n’empêche pas de rester dans son pays. Il y a des gens qui restent sur place, qui réfléchissent et qui réussissent. Ce n’est pas parce qu’aujourd’hui c’est dur que demain, ce sera dur. Il y a toujours un espoir. »

S’il est difficile de connaître les chiffres exacts de l’émigration ivoirienne, Zohoré, le directeur du festival, espère que le dessin peut faire passer des messages. « On a une population en majorité analphabète et aussi, les jeunes sont vraiment portés sur la bande dessinée et sur les dessins de presse. Donc on trouve que c’est un bon outil de sensibilisation. Nous ne faisons que renforcer la campagne que les autres ont faite. »

Venu assister au festival et aux conférences, Gervais compte tout de même tenter sa chance et partir. « Je ne suis pas trop convaincu parce que j’ai des amis qui sont en Europe et qui ont eu de bons passeurs, qui par exemple ne sont pas passés par la Libye », explique-t-il.

Dans un pays qui affiche plus de 7% de croissance cette année, près de la moitié de la population est encore considérée comme pauvre. Et la Côte d’Ivoire est le second pays de la sous-région qui connaît le plus de candidats à l’exil.

►À lire aussi : Migrations: de plus en plus d’Ivoiriennes victimes de traite d’êtres humains

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.