Republier
Soudan du Sud

Soudan du Sud: meurtrie par les combats, Bentiu reprend vie petit à petit

La ville de Bentiu, au Soudan du Sud.
© RFI/Sébastien Nemeth

Après de multiples retards, le Soudan du Sud attend le retour du chef rebelle Riek Machar et la formation d’un gouvernement d’union en février. En attendant, le pays profite de l’accalmie pour se remettre de la guerre. Dans le nord, Bentiu a été une ville martyr, avec de violents combats et massacres. Aujourd’hui, la ville tente de se relever.

Le muezzin appelle les croyants pour rejoindre la mosquée Kali-Ballee et se recueillir dans ce bâtiment où le 15 avril 2014, les rebelles ont abattu plus de 200 personnes qui se cachaient. Kuol Gat Kuol est né à Bentiu, il se souvient.

« Des rebelles sont arrivés. La plupart étaient jeunes. Le gouvernement avait attaqué leurs villages et brûlé leurs maisons. Ils étaient en colère et voulaient se venger. Tous ceux qu’ils trouvaient étaient suspectés de soutenir le pouvoir. Ils ne se rendaient même pas compte que la mosquée est un endroit sacré. La nuit on fait encore des cauchemars. On repense à ceux qui ont été massacrés. »

Partout on trouve des carcasses de véhicules, des bâtiments criblés de balles, des déplacés squattant des maisons abandonnés. Pourtant, Bentiu reprend vie. Le marché grossit chaque année.

Nyanya Kuol fait venir ses fruits et légumes par bateau sur le Nil, et par avion. « Au début la ville était en partie vide et il y avait peu de clients. Mais avec le temps, les gens ont commencé à rentrer. Maintenant on espère que la paix durera. Car sans elle, on n’ira nulle part. »

Certains étrangers ont même choisi d’investir à Bentiu. Ahmed Idris vient du Darfour soudanais. Il a ouvert une boutique il y a deux ans. « Au Soudan, la compétition est beaucoup plus forte. Ici, je travaille dur et je rentrerai chez moi quand j’aurai assez d’argent. Dans la région, quasiment tous les pays connaissent des conflits. Mais ici, je crois que la guerre va s’arrêter. »

Même si les habitants ne sont pas rentrés, l’activité reprend aussi avec la présence des quelques 100 000 déplacés vivant au camp situé à quelques kilomètres de la ville.

[Reprotage] Bentiu, la ville ressuscite
20-11-2019 - Par Sébastien Nemeth

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.