Soudan du Sud: les réfugiés face à la promiscuité des camps de déplacés

Un homme devant sa tente au petit matin dans le PoC de Bentiu au Soudan du Sud le 15 février 2018 (image d'illustration).
© Stefanie GLINSKI / AFP

Au Soudan du Sud, le cessez-le-feu et l’accord conclus l’an dernier tiennent toujours. Cette accalmie a permis le retour de plus de 500 000 personnes dans le pays. Mais une petite partie seulement rentre chez elle. La plupart des gens s’installent dans les camps de déplacés comme celui de Bentiu, dans le nord du pays. Un environnement propice à la criminalité.

Plus de 100 000 personnes vivent au PoC (Protection of civilians), le grand camp de Bentiu. Une promiscuité qui pose des problèmes de sécurité. A plus de 70 ans, Gai Galuak préfère rester à l’écart des conflits.

« Les vieux comme moi on ne se querelle pas. Ça concerne surtout les jeunes. Ils se battent entre eux. Ils s’infiltrent avec des armes le soir. Certains font des trous pour les cacher, et ils les déterrent la nuit venue, raconte le vieil homme. Il y a des tensions aussi parmi les communautés, notamment quand une fille d’un clan différent tombe enceinte. Ou si quelqu’un est tué par un autre groupe. Tout ça entraîne des vengeances ».

Duop Kaï est assis sur une chaise l’air pensif. Il n’a que 20 ans. Il est en âge de courir après les filles. Mais vu le contexte, il préfère être prudent. « Si tu mets une fille enceinte et que tu n’as pas d’argent pour le mariage, sa famille peut te tuer. Puis, ta propre famille va se venger et ça continue comme ça, déplore-t-il. Certains respectent la tradition, et se marient. Moi ça ne m’intéresse pas pour l’instant, donc je fais attention ».

Dans chaque district du camp, les déplacés ont élu un Wash Group qui sert d’intermédiaire avec les humanitaires mais qui tente aussi de régler les problèmes internes. « On disperse les groupes de jeunes. On interdit les armes. En cas de problème, on organise un dialogue et on se coordonne avec les Wash Groups des autres blocs, explique Neria Mayan qui fait partie de ces groupes. Il y a des vieux conflits familiaux qui ressurgissent ici. Quand c’est trop fort, on saisit le Haut comité, la plus Haute autorité. Les casques bleus peuvent aussi arrêter quelqu’un ».

Un retour des déplacés chez eux pourrait réduire la tension dans le camp. Un mouvement peu probable tant que la transition restera aussi incertaine.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.