Republier
RDC ONU

RDC: le secrétaire général adjoint de l'ONU à Beni dans un contexte très tendu

Le secrétaire général adjoint de l'ONU Jean-Pierre Lacroix le 30 novembre 2019 à Beni, dans l'est de la République démocratique du Congo.
© Flickr/Monusco

La situation est encore très tendue à Beni, dans l'est de la République démocratique du Congo. Deux personnes y ont été tuées aujourd'hui, au moment même de la visite du secrétaire général adjoint de l'ONU. Depuis plusieurs jours, des habitants manifestent leur colère contre les tueries qui ont lieu dans cette zone, attribuées aux ADF, et accusent notamment la Mission des Nations unies de passivité.

Le secrétaire général adjoint des Nations unies Jean-Pierre Lacroix effectue une visite-marathon aux opérations de maintien de la paix à Beni, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC).

Après le traditionnel briefing avec l’équipe locale de la Monusco, la mission locale des Nations unies, il s'est rendu directement visiter la base de la mission onusienne, qui a été attaquée, pillée et détruite par des manifestants en colère le 25 novembre. Une autre attaque a eu lieu aux alentours d’Oicha, le 29 novembre.

Ce 1er décembre,  à Goma, à l'issue d'une réunion avec le gouverneur provincial, Jean-Pierre Lacroix a laissé entendre que cette attaque de Beni ainsi que celle de Biakato contre les installations de la riposte contre Ebola ont été planifiées et financées.

 

Ces attaques ne sont pas spontanées. Elles ont été planifiées.

Jean-Pierre Lacroix : les attaques contre la Monusco et contre la réponse Ebola ont été «planifiées»
01-12-2019 - Par Patient Ligodi

Il ne faut pas se tromper d'ennemi.

Jean-Pierre Lacroix, secrétaire général adjoint des Nations unies, en visite à Béni
30-11-2019 - Par Patient Ligodi

Jean-Pierre Lacroix a rencontré les autorités locales et les services de sécurité et humanitaires avant de se rendre à Biakato, à environ soixante kilomètres de Beni, où trois membres de l’équipe de riposte contre Ebola ont été tués par les groupes armés des Maï-Maï.

Jean-Pierre Lacroix est ensuite parti pour Goma dans la soirée. Dimanche matin, il aura des échanges avec le gouverneur de la province avant de rentrer à Kinshasa, la capitale. Des échanges avec les autorités congolaises sont au programme, à environ trois semaines du renouvellement du mandat de la Monusco.

Nouvelles attaques à Kukutama et Aveï

Cette visite de Jean-Pierre Lacroix au Nord-Kivu intervient au lendemain de nouvelles attaques armées contre les villages de Kukutama et d'Aveï, dans le territoire de Beni. Selon la société civile locale qui cite des habitants, au moins 13 civils ont été tués.

Les recherches se poursuivent car ces violences attribuées par la société civile aux rebelles ougandais des Allied Democratic Forces (ADF) ont provoqué des déplacements de population, principalement vers Oïcha. Les mêmes rebelles sont pointés du doigt dans l'attaque qui a fait en début de semaine 27 tués, cette fois à Malaki.

Deux personnes lynchées à mort à Beni par la foule

Deux personnes - un homme et une femme - ont été tuées, lynchées par une foule, qui les soupçonnait d'être des membres des ADF, en raison de la présence, dans leur véhicule, de munitions et de tenues militaires. Leur enfant a été blessé.

Le comité provincial de sécurité de la province du Nord-Kivu a par ailleurs levé hier le couvre-feu instauré quatre jours plus tôt, une mesure que la population jugeait « inopportune », selon certaines sources.

Lors d'une conférence de presse à Kinshasa le 27 octobre, le porte-parole de la Monusco par intérim Mathias Gillmann a fait état de « 14 attaques attribuées aux ADF et 80 morts depuis le 30 octobre » dans la région de Beni. « Nous tenons à réaffirmer que nous ne sommes ni résignés ni indifférents aux terribles agissements des ADF », a-t-il souligné, tout en qualifiant cette situation d'« inacceptable ».

Vous voyez ces destructions, ça n’a pas été improvisé. Je crois qu’il faut les condamner fermement et exprimer toute notre compassion vis-à-vis dans la population civile. (…) C’est important de montrer que nous sommes complètement solidaires. Et c’est le secrétaire général qui m’a demandé de passer ce message de solidarité. Nous sommes déterminés et nous allons continuer à être aux côtés des Congolais.

Jean-Pierre Lacroix constate les dégâts dans le quartier Boikene
30-11-2019 - Par Patient Ligodi

► (Ré)écouter : Jean-Pierre Lacroix: «Nous avons un projet pour faire évoluer le maintien de la paix»

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.