Le Mobile Film Festival s'attaque au changement climatique

La problématique des déchets en Birmanie fait partie des sujets soulevés par le Mobile Film Festival. Ici, un garçon dans une décharge à Dala, dans la banlieue de Rangoun.
© Ye Aung THU / AFP

La 15e édition du Mobile Film Festival est consacrée, cette année, à la lutte contre le changement climatique. Depuis 2005, ce rendez-vous découvre et encourage de nouveaux talents de la vidéo en ligne et du cinéma, grâce à une compétition internationale ouverte au plus grand nombre.

La formule n’a pas changé depuis les origines du Mobile Film Festival. Un téléphone portable, une minute, un film. Les cinquante clips vidéo sélectionnés par le jury ont été entièrement tournés avec un smartphone et proviennent de vingt-quatre pays. Tous témoignent, aujourd’hui, de cette préoccupation majeure qui inquiète les habitants de la planète Terre : celle du changement climatique.

L’édition 2019 est organisée en partenariat avec l’ONU. Entre humour, science-fiction et cri d'alarme, ces petits films nous démontrent aussi que rien n’est inéluctable notamment en prônant une gestion responsable de nos déchets, à propos desquels, chaque citoyen du monde peut et doit agir.

Problème des déchets

« Ce qu’on constate de manière transversale et le problème le plus apparent à tous, ce sont clairement les déchets, et les déchets plastiques en particulier. Il y a des films en Birmanie par exemple ou en Côte d’Ivoire, qui nous présentent une réalité vraiment terrible. On sent que les vivent au milieu d’un égout. Du côté plus occidental, on va s’interroger sur comment mieux trier nos déchets avec plus ou moins de décalage, d’humour, et de côté irrévérencieux », estime Bruno Smadja, le fondateur du festival.

Il annonce aussi : « Notre format, un mobile, une minute un film a le plus de sens et le plus de résonnance en Afrique. On a envie d’aller découvrir la prochaine génération des Steven Spielberg africains grâce, encore une fois, à un système de bourse et d’accompagnement pour les emmener encore plus loin. »

Ce festival panafricain assurera aussi aux créateurs de vidéo mobile une diffusion mondiale de leurs œuvres sur tous types d’écrans : smartphone, ordinateur, TV, ou encore, salles de cinéma… Comme c’est le cas du Mobile film festival international 2019, qui a reçu plus de 800 films provenant de 81 pays.

Tous sont déjà diffusés et partagés sur les plateformes sociales et vidéo et notamment en partenariat avec YouTube. Ce mardi soir à Paris, les réalisateurs retenus pour les « grands prix » toucheront chacun 20 000 euros ainsi qu’une aide à la création d’un court métrage avec des moyens professionnels, sous l’encadrement de producteurs chevronnés du monde du cinéma.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.