Le président Ouattara défend une monnaie arrimée à l’euro comme le franc CFA

Alassane Ouattara lors de l'émission «Le Débat Africain» sur RFI le 3 décembre 2019.
© RFI

Dans l’émission « Le débat africain » sur RFI, le président ivoirien Alassane Ouattara est revenu sur la réforme monétaire du franc CFA. Il défend sur ce plateau le fonctionnement d’une monnaie attachée à l’euro comme c’est le cas à l’heure actuelle.

Le débat est ouvert sur la réforme du franc CFA et il est autant économique que politique. Dans l’émission Le débat africain, le président ivoirien Alassane Ouattara a défendu cette monnaie ouest-africaine dans son fonctionnement actuel, c’est-à-dire une monnaie attachée à l’euro : « Le fait que nous sommes arrimés à l’euro, si nous empruntons des euros, le moment de les rembourser dans cinq ou dix ans, le taux est fixe. Il n’y a pas de problème. Donc, c’est le même taux auquel nous remboursons. Et si nous avions une monnaie, les gens parlent de monnaie flexible, c’est très bien pour certains pays. Mais nous, nous avons une parité fixe. Je suis désolé de le dire, je suis ancien gouverneur de la Banque centrale et peut-être que je ne suis pas objectif. Si les pays de l’UEMOA [Union économique et monétaire ouest-africaine] n’ont pas tellement de problèmes de dettes, c’est grâce à cette parité fixe ».

Deux visions du futur « éco »

Le président ivoirien réaffirme ainsi une position qui est constante chez lui : le maintien du lien entre le franc CFA et l’euro. Il y a en fait deux positions au sein des dirigeants des pays de la zone franc : l’une incarnée par Alassane Ouattara, avec cet argument que les pays de cette zone ont des succès économiques importants, qu’il attribue donc en partie à la stabilité de la monnaie. S’il était seul à décider, le président ivoirien admettrait juste le changement du nom CFA, pas son fonctionnement. À un moins d’un an de l’élection présidentielle, le chef d’État ivoirien, qui continue de jouer l’ambiguïté sur sa candidature, sait qu’il devra vanter son bilan pour que lui ou un membre de son parti puisse envisager sereinement le scrutin.

« Un changement de monnaie pourrait très bien créer une dévaluation et augmenter le taux de pauvreté qui est déjà de 46% en Côte d’Ivoire. Ce ne serait pas bon et l’opposition s’en servirait contre lui », analyse le politologue Sylvain Nguessan.

L’autre position est celle de ceux qui veulent, non seulement changer le nom de la monnaie, mais aussi couper le cordon ombilical qui relie le franc CFA à la France, à travers l’euro aujourd’hui. Une position incarnée par le Nigeria (qui représente 75% du PIB de l’Afrique de l’Ouest). L’actuel président du Bénin Patrice Talon. Il a notamment parlé du rapatriement des réserves de change que les pays de la zone déposent sur un compte d’opération à la Banque de France, pour garantir la parité fixe avec l’euro.

►À lire aussi : Franc CFA : avec l’annonce de Patrice Talon, « c’est un tabou qui est brisé »

Remboursement et faible inflation

Pour Alassane Ouattara, une parité fixe permet d’assurer de rembourser une dette contractée avec un taux d’intérêt invariable, ce qui n’est pas le cas pour une monnaie dont la convertibilité est flexible. Quand on emprunte 10 000 francs CFA à un taux fixe de 10% pour 10 ans, on sait qu’on remboursera 20 000 francs CFA. Mais si le taux est flexible, on peut rembourser moins ou plus. Mais surtout, l’arrimage du franc CFA à l’euro garantit au franc une très faible inflation, donc une faible augmentation des prix à la consommation.

►À écouter aussi : Le débat africain - Le franc CFA, handicap ou opportunité ?

Dans ces conditions, ce serait la fin d’un lien exclusif entre l’euro et le franc CFA, mais on ne peut pas prédire le temps que durera l’agonie du franc CFA, qui va laisser la place à une nouvelle monnaie dénommée «  l’éco ». L’éco sera commun à tous les pays de la Communauté économique des pays d’Afrique de l’Ouest, les huit qui utilisent aujourd’hui le franc CFA et les sept autres qui ont chacun leur propre monnaie.

Pour le macro-économiste togolais Kako Nubukpo, un débat doit être mené pour avancer une réforme du franc CFA, dont le système n'est plus adapté.

Je crois qu'il faut se donner le temps d'avoir un débat sain, un débat dépassionné autour de la meilleure politique économique et ce faisant du type de régime de change idoine. Aujourd'hui on parle de stabilité du franc CFA, mais c'est parce que nous sommes couverts par la stabilité de la zone euro, c'est-à-dire que nous importons la bonne gouvernance au sein de la zone euro

Kako Nubukpo
04-12-2019 - Par RFI

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.