Mali: Kidal est aux mains des groupes armés

Selon les informations de RFI, la ville de Kidal est aux mains des groupes armés ce 21 mai.
© AFP/KENZO TRIBOUILLARD

Toute la journée, armée malienne et groupes du Nord se sont affrontés dans la ville de Kidal. L'offensive a été lancée par les forces maliennes. Mais ce soir, selon nos informations, la ville est aux mains des groupes armés.

Article régulièrement mis à jour

Le MNLA est formel : « Kidal est sous contrôle des groupes armés » depuis 14h30, heure locale. La dernière bataille s'est déroulée au camp 1, le camp des soldats maliens situé au sud-ouest de la ville. « L'armée est en déroute », affirme un combattant du MNLA. Selon nos informations, des militaires du Mali ont quitté Kidal et pris la piste vers Gao. D'autres se sont réfugiés au camp 2, le camp de Serval et de la Minusma situé tout au sud de la ville.

Une source de la Minusma indique que « 27 véhicules de l'armée malienne se sont présentés aux portes du camp. Les soldats ne peuvent pas entrer avec leurs armes ».

→ A (re)lire : Nouveaux affrontements à Kidal entre soldats maliens et groupes armés

Les combats entre les deux camps ont duré près de cinq heures. A 10h10 ce matin, heure de Kidal, l'armée malienne a lancé une offensive pour visiblement reprendre le gouvernorat tenu depuis samedi par le MNLA. C'est le drapeau du MNLA qui flotte au dessus du camp militaire numéro 1.

Nous avons passé une journée très dure pour ceux qui ont le cœur fragile...
Témoignage d'un habitant de Kidal
21-05-2014 - Par Christine Muratet

A Bamako, le ministère de la Défense a confirmé à la mi-journée « qu'une opération de sécurisation des biens et des personnes était en cours ». Des roquettes ont été tirées sur le QG du MNLA, dans le même temps des soldats progressaient à pied dans Kidal. Le MNLA dit avoir attendu près de vingt minutes avant de répliquer.

Impossible pour le moment de donner un premier bilan des combats. Une source onusienne affirme que des soldats maliens ont été tués et d'autres faits prisonniers ce mercredi. Les blessés par balles affluent à l'hôpital. Des blessés des deux camps. Plusieurs sources signalent la mort du colonel Fayçal ag Kaba, le bras droit du général Elhadji Gamou, touareg loyaliste.

L’ONU se dit profondément préoccupée

La détérioration rapide de la situation à Kidal inquiète les Nations unies. Ban Ki-moon appelle à la cessation immédiate des combats et à la mise en place d’un cessez-le-feu. Le secrétaire général condamne le meurtre des civils et demande que tous les auteurs soient traduits en justice. Il réitère l’appel du Conseil de sécurité. Un appel à la reprise du processus de cantonnement et des pourparlers de paix.

Ce soir, le calme est revenu. Mais beaucoup d'habitants sont très éprouvés par cette dure journée.