Nigeria: Boko Haram entre en force à Gombe

Le 2 février, Gombe avait fait l'objet d'un attentat survenu juste après la visite du président Goodluck Jonathan.
© REUTERS/Afolabi Sotunde

Des combattants de Boko Haram ont pénétré en force dans la ville de Gombe, ce samedi, dans la matinée. Même si cette cité de 280 000 habitants avait été récemment l’objet d’attentats, c’est la première fois que les islamistes radicaux y opèrent un coup de force d’une telle ampleur. Les assaillants se sont retirés en début d'après-midi et un couvre-feu a été instauré dans tout l'Etat.

Des centaines de combattants de Boko Haram sont entrés à Gombe, ce samedi, après avoir incendié un poste de police en périphérie de la ville, tirant de manière indiscriminée, et parfois même à l'arme lourde. Ces combattants n'ont pas rencontré de résistance majeure de la part des militaires nigérians.

Et tout au long de leur progression, les assaillants ont jeté des tracts appelant la population à boycotter les élections générales des 28 mars et 11 avril prochains, selon un témoin cité par l'Agence France-Presse.

Des signes avant-coureurs

Ce dernier a également indiqué que, vers 11h, les combattants de Boko Haram se trouvaient à un rond-point du centre-ville. Alors qu’en fin de matinée, des tirs et des explosions retentissaient toujours, certains évoquaient la présence d'un avion de chasse nigérian qui aurait engagé le combat avec les rebelles. Il faut noter que c'est la première fois que Boko Haram entre en force dans cette ville d’environ 280 000 habitants.

Les éléments de la secte islamiste se sont retirés en début d'après-midi. Un couvre-feu est en vigueur, depuis, dans tout l'Etat.

Gombe est cependant régulièrement le théâtre d'attentats. Le 2 février dernier, une explosion avait visé un meeting électoral du président nigérian Goodluck Jonathan. L’explosion, survenue sur le parking du stade où se tenait la réunion, avait eu lieu quelques minutes seulement après le départ du cortège présidentiel et avait causé la mort de deux personnes. La veille, un poste de contrôle militaire avait été attaqué, attaque qui avait fait cinq morts.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.