Nigeria: la communauté internationale salue l’élection de Buhari

Des supporters de Muhammadu Buhari laissent éclater leur joie avec son élection à la tête du Nigeria.
© REUTERS/Goran Tomasevic

Le Nigeria s’est réveillé, ce mercredi matin, avec un nouveau président. Muhammadu Buhari a remporté la présidentielle en s’imposant face à l’actuel chef de l’Etat, Goodluck Jonathan. Pour la première fois depuis 1999, c’est un opposant qui accède à la magistrature suprême. Une alternance démocratique saluée par la communauté internationale.

C'est l'Union Africaine qui, la première, a félicité le candidat élu Muhammadu Buhari. Dans un communiqué, la présidente de la Commission, Dlamini-Zuma se réjouit que le président nigérian sortant, Goodluck Jonathan, ait « accepté avec élégance les résultats  ». Elle souligne également que ces élections démontrent clairement la maturité de la démocratie, non seulement au Nigeria, mais sur le continent dans son ensemble.

Les présidents tchadien et camerounais qui ont engagé leurs armées contre Boko Haram au Nigeria félicitent chaleureusement le nouveau président nigérian.

« Je voudrais vous assurer de mon ferme engagement à œuvrer davantage pour la restauration de la paix, de la sécurité et de la stabilité dans la sous-région », écrit le président Idriss Déby dans un message rendu public à Ndjamena.

De son côté, à Yaoundé, le président camerounais, Paul Biya, assure le président Buhari de sa « disponibilité constante à œuvrer avec lui au maintien et à la consolidation des excellentes relations multiformes qui unissent le Cameroun et le Nigeria ».

Sur RFI, Mohamed Bazoum, ministre nigérien des Affaires étrangères, a salué cette alternance démocratique. Quant au président sud-africain, Jacob Zuma, il espère que les deux pays continueraient à travailler ensemble.

« Le succès de ces élections est une preuve de la maturité de la démocratie au Nigeria », souligne, de son côté, le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, dans un communiqué.

« Je félicite le prochain président Buhari pour sa victoire et aussi le président sortant Goodluck Jonathan pour les qualités d'homme d'État dont il a fait preuve en organisant des élections libres et équitables et en acceptant le résultat », déclare, pour sa part, le ministre britannique des Affaires étrangères. Philip Hammond insiste cependant sur l'importance d'une transition politique « pacifique » dans l'ancienne colonie.

A Paris, François Hollande, a « félicité » par téléphone le président Buhari et lui a confirmé « la volonté de la France de poursuivre » avec lui « les relations étroites » entretenues avec son prédécesseur et l'a invité à se rendre en visite à Paris.

Même tonalité du côté de l'Union européenne. Federica Mogherini, vice-présidente de la Commission européenne, remercie Goodluck Jonathan, pour sa grande contribution à la consolidation de la démocratie au cours des cinq dernières années.

A Washington, la Maison Blanche a félicité Muhammadu Buhari tout en saluant le « respect de la démocratie ». Dans un communiqué, Barack Obama félicite les deux hommes d'Etat qui ont appelé à la non-violence tout au long de la campagne. Il assure que le président sortant a placé l'intérêt du Nigeria au-dessus de tout. Le président américain qui n'a pas oublié de féliciter également Attahiru Jega, le président de la commission électorale.


■ La Bourse de Lagos s’envole

La Bourse nigérienne réagit bien à la victoire de Buhari, candidat de l'opposition, dans l'élection présidentielle. Une bonne nouvelle pour l'économie du pays.

A la mi-journée, la Bourse de Lagos a bondi de 7,7%, son plus haut niveau depuis le début de l'année. C'est aussi le meilleur résultat enregistré par la bourse nigériane depuis septembre 2010. Il faut savoir en effet que sur les seuls premiers mois de cette année, elle a dévissé de 13,2% en raison notamment de la chute des prix du pétrole et de l’insécurité qui règne dans le nord du pays.

Le Nigeria essuie constamment des attaques meurtrières du groupe islamiste Boko Haram ce qui a conduit à une fuite des investisseurs de la Bourse de Lagos et à une dégradation des fondamentaux de l’économie nigériane. C'est la raison pour laquelle « la transmission pacifique du pouvoir, est ce qui a pu arrivé de mieux au Nigeria », estiment de nombreux analystes.

Le marché d'actions nigérian est un marché peu dynamique, en raison des risques avancés qui pèsent sur le pays. L'absence des violences enregistrée après la présidentielle devrait être de bon augure pour le retour des investisseurs. Depuis l'année dernière, le Nigeria est devenu la première économie africaine, devant l'Afrique du Sud, avec un taux de croissance de 7% prévu pour 2015.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.