Republier
Mali Terrorisme

Mali: prise d'otages dans un hôtel de Sévaré

Entraînement des membres d'une milice pro-gouvernement à Sévaré, à 600 km au nord-est de Bamako, le 12 novembre 2012.
© REUTERS/Adama Diarra

Au Mali, une prise d'otages était en cours depuis vendredi matin dans un hôtel de Sévaré, dans le centre du pays. Selon nos informations, l'armée malienne a achevé ses opérations ce samedi 8 août. Des sources militaires font part de huit morts, dont six militaires. L'un d'entre eux serait de la Minusma. Deux terroristes auraient été tués. Des otages ont été libérés dans la nuit de vendredi à samedi, cinq étrangers évacués selon des sources militaires.

« Un certain nombre » d'otages ont été libérés dans la nuit de vendredi à samedi, et cinq étrangers ont été évacués vers Bamako, selon des sources militaires maliennes. Selon nos informations, l'opération est terminée. Le bilan reste cependant, ce samedi matin, encore incertain.

L'attaque d'hommes armés a débuté vendredi matin à Sévaré, dans le centre du Mali. Les attaquants sont entrés dans un hôtel, le Byblos, où des étrangers ont l'habitude de loger et où, d'après des sources militaires interrogées par l'Agence France-Presse, au moins cinq étrangers étaient enregistrés avant l’attaque : trois Sud-Africains, un Français et un Ukrainien.

« Nous avons la certitude qu'il y a plus d'une demi-douzaine d'otages dans l'hôtel », a expliqué vendredi une source sécuritaire à RFI, qui ne souhaitait pas en dire plus pour ne pas donner d'informations aux preneurs d'otages. Des sources, interrogées par l'AFP, déclarent qu’il y aurait huit morts, dont trois militaires et un assaillant. Les forces armées maliennes bouclent le secteur. Le gouvernement malien indique que sept suspects ont d'ores et dejà été arrêtés sans plus de précisions.

Selon des sources militaires, un otage ukrainien a réussi à s'échapper de l'hôtel. L'Ukrainien a fait état « de quatre ou cinq » terroristes dans l'hôtel au moment de sa fuite. Il a également confié qu'il y avait avec lui « trois Sud-Africains et un Russe ».

La Minusma, la Mission des Nations unies, elle, annonce dans un communiqué qu'un membre du personnel international qui lui est associé a été tué durant l'attaque. La Minusma dit également qu'elle a pris des dispositions, à la demande du Mali, pour assurer le transport d'une équipe malienne d'intervention rapide jusqu'à Sévaré, en renfort.

Par ailleurs, en fin d'après midi, ce sont deux avions de chasse français de l'opération Barkhane qui ont survolé Sévaré à une altitude qui leur a permis d'affirmer une présence. C'est ce qu'on appelle le « show off ». Une information confirmé par l'état-major français.

Leur stratégie consiste à démoraliser les Maliens : les amener à douter de leur armée, amener l'armée à douter d'elle-même, d'amener les Maliens à douter de leur gouvernement.
Choguel Kokalla Maïga
08-08-2015 - Par Laetitia Bezain

Les habitants se terrent

La ville, elle, est restée paralysée toute la journée. Selon les témoignages que nous avons recueillis, dans certains quartiers, les mosquées sont même restées fermées pour la prière du vendredi. Dans d'autres, elles ont ouvert mais l'affluence n'était pas la même que d'habitude. « Je suis devant ma porte, expliquait en fin d'après-midi un habitant, je vois juste quelques hommes ou chefs de famille partir pour aller acheter des conserves ou du pain à la boutique du coin. »

« Depuis l'intervention de la France au Mali, cette attaque contre Sévaré est une première », constate un autre habitant de Sévaré. Dans son quartier, un quartier populaire éloigné de la zone des combats, la population est restée chez elle. « Je discute avec des amis, on parle beaucoup et on se demande qui sont les agresseurs. »

Une infiltration terroriste ?

Même incrédulité pour cet homme qui vit à Sévaré : « Ça a surpris tout le monde. On pensait être à l’abri ici parce qu’il y a un bon détachement de la Minusma, nous avons deux camps militaires. Il y a la gendarmerie, la police… Les populations sont terrées dans leurs maisons, la circulation a été bloquée par les forces de l’ordre qui ont donné des instructions pour éviter de recevoir des balles perdues. »

Ce même habitant explique que les tirs se sont calmés vers 11 heures en temps universel. Pour l'instant, difficile d'être catégorique sur l'identité des assaillants et les raisons de l'attaque, mais beaucoup évoquent une tentative d'enlèvement. Une source militaire contactée vendredi matin par RFI parlait d'une « infiltration terroriste à Sévaré ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.