RCA: la présidentielle et les législatives repoussées de trois jours

L'annonce du report des élections a été faite par la présidente Catherine Samba-Panza.
© AFP PHOTO / Eric FEFERBERG

C'est une information RFI. En Centrafrique, les scrutins présidentiel et législatifs ont été reportés de trois jours. Initialement prévus le 27 décembre, ils se tiendront le 30.

La décision a été annoncée par la présidente de la transition Catherine Samba-Panza. Ce report des élections du 27 au 30 décembre est dû à deux problèmes de taille. Le premier est logistique. Il faut acheminer les bulletins dans les communes les plus reculées du pays, mais aussi les documents sensibles, tels que les PV, les feuilles de résultats ou celles de dépouillements. Si les bulletins sont arrivés à Bangui hier soir, les PV se trouvaient toujours au Cameroun à la mi-journée. La Minusca a indiqué que tous ses véhicules, civils et militaires, étaient utilisés pour les acheminer.

L’autre problème concerne la formation des personnels des bureaux de vote. Il a été mis en évidence par le référendum constitutionnel du 13 décembre dernier. Des documents avaient été mal remplis par certains agents dans les bureaux de vote. Plusieurs bureaux avaient ainsi vu leurs résultats invalidés par la Cour constitutionnelle. Et un grand nombre de votes n'avaient donc pas été pris en compte dans les résultats finaux.C'est ce qui explique pourquoi le taux de participation officiel lors de ce référendum avait été aussi faible (38 %).

Pour éviter ce genre d'annulation, il a fallu former davantage d'agents et mieux les former. « On a remplacé des membres des bureaux de vote par des enseignants, des infirmiers, des fonctionnaires. En une ou deux heures, ils peuvent apprendre comment remplir correctement un procès verbal », indique Mahamat Kamoun, le Premier ministre.

Catherine Samba-Panza a expliqué au cours d’une réunion qu’il était impératif que le premier tour de la présidentielle et des législatives se tienne avant la fin de l’année. La décision avait été entérinée le mois dernier par la CEEAC sur recommandation des autorités centrafricaines.