Rencontre entre le président Macron et la diaspora africaine

Arrivée du président français, Emmanuel Macron et de son homologue ghanéen Nana Akufo-Addo, palais de l’Élysée, le 11 juillet 2019.
© RFI/Michel Arseneault

À l'occasion de la visite officielle en France du chef de l'État ghanéen, Nana Akufo-Addo, le président Emmanuel Macron ouvre le débat avec la diaspora africaine en France. Quelque 400 personnalités sont invitées à l’Élysée ce jeudi pour deux heures d’échange et de débat.

Cela faisait plus d’un an que l’Élysée travaillait sur ce rendez-vous pour trouver des personnalités de la diaspora à inviter. À son origine, cet échange devait être organisé à l’occasion des un an du discours d’Emmanuel Macron à Ouagadougou, donc en novembre 2018. Mais il avait été repoussé probablement le temps de trouver l’interlocuteur avec lequel le président français pouvait échanger. Il fallait trouver un référent africain fort et c’est le président ghanéen qui a donc été choisi.

Lors de ces échanges, qui se déroulent principalement en anglais, les deux présidents ont insisté sur le dynamisme des échanges et sur le rôle d’ambassadeur de la diaspora. Un message qu’Emmanuel Macron a aussi voulu adresser à la jeunesse : « La jeunesse africaine, il faut lui offrir un avenir en Afrique ». Les deux présidents ont beaucoup parlé du Nigeria, moteur du continent : « Si le Nigeria échoue, toute la région échoue. Si le Nigeria réussit, il portera toute la région ».

Les questions, lors cet échange, tournent autour des préoccupations économiques. Les sujets qui fâchent comme le franc CFA, les droits de l’homme n’ont pas encore été abordés. Le ton est très différent du discours d’Ouagadougou où le président français avait échangé surtout avec des étudiants engagés. Ici, les intervenants ont été triés sur le volet et les questions sont vraisemblablement plus cadrées.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.