CPI: l’ex-chef de guerre congolais Bosco Ntaganda condamné à 30 ans de prison

Bosco Ntaganda à l'ouverture de son procès devant la CPI, le 2 septembre 2015.
© REUTERS/Michael Kooren

Les juges de la Cour pénale internationale (CPI) ont condamné Bosco Ntaganda à trente ans de prison. L’ex-milicien congolais avait été reconnu coupable de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre le 8 juillet 2019.

Avec notre correspondante à La Haye,Stéphanie Maupas

Trente ans de prison : c’est la peine à laquelle vient d'être condamné Bosco Ntaganda. L’ex-chef militaire de la branche armée de l’Union des patriotes congolais (UPC), l’une des milices actives dans l’est de la RDC, en 2002 et 2003, avait été reconnu coupable le 8 juillet d’attaques contre les civils, de meurtres, de viols, d’esclavage sexuel, de persécution, de déportation et de pillage, des crimes qualifiés de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre et commis sous ses ordres.

Surnommé  Terminator », « pour sa violence notoire », avait estimé la Mission des Nations unies au Congo, il a aussi lui-même participé aux crimes, en tuant notamment l’abbé Boniface Bwanalonga, un prêtre reconnu dans la communauté Lendu. Pour l’accusation, sa position de chef, sa brutalité, et son absence de remords comptent pour circonstances aggravantes.

À lire aussi : RDC: l’ex-chef de guerre Bosco Ntaganda condamné par la CPI

Conscient de l’enjeu, Bosco Ntaganda avait, au cours des plaidoiries mi-septembre, formé des vœux pour le nouveau gouvernement congolais, l’assurant de sa collaboration dans la recherche de la réconciliation. Soutenu dans ses guerres de l’est congolais par l’Ouganda puis le Rwanda, il avait assuré, tout au long de son procès, avoir agi pour la paix en Ituri.

Premières réactions

Quelques réactions à l’annonce de ce verdict ce jeudi matin et notamment celle de Human Rights Watch. L’organisation de protection des droits de l’homme a fait un énorme travail de recherche de compilation de témoignage de victimes. Elle se félicite : « Cette peine de 30 ans envoie un message fort que même ceux qui sont considérés comme intouchables peuvent un jour avoir à rendre des comptes. »

Une réaction touchante aussi d’une de ses chercheuses, Anneke Van Woudenberg, qui dans un tweet ce matin écrit « Je suis très soulagée que cet homme soit derrière les barreaux pendant très longtemps. Les témoignages des victimes que j’ai recueillis continuent de me hanter jusqu’à ce jour. »

Je me sens soulagée [...] On a une peine assez forte [...] A Goma, où il avait un poste important dans l'armée, les gens avaient vraiment peur de lui, les gens avaient peur de dénoncer ses actes, et donc il se pensait intouchable

Anneke Van Woudenberg, ancienne chercheuse à l’organisation des droits de l’homme, Human Rights Watch, cette condamnation est une véritable victoire.
07-11-2019 - Par Alexandra Brangeon

Pour Julienne Lusenge, à la tête d’une association de femmes victimes des violences dans l’Ituri, cette condamnation est également une bonne nouvelle.

Même les 30 années ne rendront pas les femmes et les enfants que Bosco a tués, ne répond pas au mal que Bosco Ntaganda a fait au peuple congolais. [...] Un enfant m'a raconté qu'un jour dans un village il a vu un de ses amis tué par Bosco. Il a mis le garçon sur une grosse pierre et il a criblé le corps de ce petit garçon avec des balles. Quand vous voyez de telles atrocités, que représentent 30 ans ? Son nom fait encore frémir tout le monde, même moi-même dans l'Ituri. Son nom signifie la mort. [...] Il brûlait les villages, il détruisait tout. Ses victimes aujourd'hui n'ont pas de maisons. Combien d'enfants se retrouvent aujourd'hui drogués, parce qu'on leur donnait des drogues. Pour nous, c'est important que la Cour puisse voir comment aider à reconstruire toutes ces personnes qui ont été complètement détruites.

Juliette Lusenge
07-11-2019 - Par Alexandra Brangeon

Bosco Ntaganda est en prison depuis 2014. Ses années d’incarcération seront déduites de ses trente années de condamnation. Désormais, il a 30 jours pour faire appel.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.