Mutinerie au Burkina Faso: chronologie des événements


©

Le Burkina Faso est en proie à un mouvement de révolte notamment de la part des militaires qui se sont mutinés à Ouagadougou, la capitale mais aussi à Pô ville située dans le sud du pays. Le mouvement a débuté jeudi 14 avril 2011 au soir et a pris de l'ampleur depuis. Après avoir quitté la capitale tôt le vendredi, le président Compaoré est rentré à Ouagadougou quelques heures plus tard. Le gouvernement a été dissout dans la foulée. Et samedi, des commerçants ont incendié des bâtiments de la capitale. 

Dimanche 17 avril 2011

Le ministère français des Affaires étrangères déconseille désormais « fortement » tout voyage au Burkina Faso. Jusqu'ici, les conseils de prudence étaient plus souples, les Français étaient appelés à différer tout séjour non essentiel, indique le site internet du ministère.

Selon des témoins et une source hospitalière, la mutinerie des soldats qui a débuté jeudi 14 avril 2011 dans la capitale, a gagné dans la nuit de samedi 16 à dimanche 17 avril 2011 la ville du sud de Pô. Des militaires de la garnison ont tiré en l'air et commis des pillages dans la ville, faisant au moins deux blessés.

Les tirs ont commencé dans la nuit ce samedi vers 21h. Nous sommes toujours sous les tirs. Ca tire beaucoup au centre-ville.
Témoignage d'un habitant de Pô
10-10-2013 - Par Sarah Tisseyre

20h50 TU : Nouvelles nominations annoncées sur la radio nationale. Le président burkinabè Blaise Compaoré a limogé les chefs de l'armée de terre, de l'air, et de la gendarmerie et les a remplacés par des intérimaires. Le nouveau chef de l'armée de terre est le colonel major Zoumana Traoré. L'armée de l'air est désormais dirigée par le colonel-major Kounsouana Palinfo et le nouveau responsable de la gendarmerie est le général Marie Hermann Bambara.
Les compagnies aériennes ont suspendu leurs vols au départ de Ouagadougou pour 48h.

La ville, les rues sont complètement vides
Couvre-feu
10-10-2013 - Par Marie-Pierre Olphand

17h40 TU : Retour au calme dans la capitale du Burkina Faso. Les militaires et les policiers ont dressé des barrages sur les voies menant aux principales institutions(AFP).

15h30 TU : A Ouagadougou, des groupes de jeunes et des commerçants protestent contre les pillages survenus depuis jeudi dernier. Depuis ce matin, ils s'en prennent aux symboles du pouvoir burkinabè. Des incendies sont déclenchés devant le siège du Congrès pour la Démocratie et le Progrès.

 

15h11 TU : Quarante-cinq personnes ont été blessées et des « cas de viols » ont été notés depuis jeudi à Ouagadougou, où ont eu lieu des manifestations de militaires mutins et une révolte de commerçants furieux de leurs pillages, a déclaré à l'AFP une source à l'hôpital Yalgado Ouédraogo de Ouagadougou.

Témoignage d'un ressortissant français vivant près de l'avenue Kwamé Nkrumah
10-10-2013
A Ouagadougou, des groupes de jeunes et des commerçants protestent contre les pillages survenus depuis jeudi dernier. Depuis ce matin, ils s'en prennent aux symboles du pouvoir burkinabais. Des incendies sont déclenchés devant le siège du Congrès pour la Démocratie et le Progrès. Témoignage recueilli par Daphné Gastaldi

13h47 TU : Un couvre-feu est instauré à à Ouagadougou de 19H00 à 06H00 heure locale.(Communiqué du ministère de la Sécurité)

Samedi 16 avril, 10h12 TU
A Ouagadougou, des commerçants du principal marché, mécontents des pillages de militaires en mutinerie depuis jeudi au Burkina Faso, ont incendié samedi 16 avril 2011 le siège du parti au pouvoir.

Là, ils (les commerçants) sortent tout ce qu'il y a à l'intérieur et le brûlent et le cassent devant le siège même. C'est cela qui est en feu.
Témoignage d'un habitant de la capitale
10-10-2013 - Par RFI

22h16 TU
Le président burkinabè Blaise Compaoré dissout par décret son gouvernement et nomme un nouveau chef d'état-major des armées à la suite d'une mutinerie au sein de sa propre garde présidentielle. Les textes annoncent la nomination d'un nouveau chef d'état-major des armées en la personne du « colonel-major Honoré Nabéré Traoré », qui remplace le général Dominique Djindjéré ainsi que celle du colonel Boureima Kéré comme adjoint au chef d'état-major particulier du président, le général Gilbert Diendiéré. Le colonel Kéré remplace à ce poste le colonel Omer Batiolo.

19h49 TU
Les soldats de la garde présidentielle du Burkina Faso qui se sont mutinés pour obtenir le paiement d'une indemnité logement et alimentation qui leur avait été promise, « ont perçu leur argent ce matin », a affirmé à l'AFP un officier de ce corps d'armée. Les tirs à l'arme lourde et légère qui, depuis jeudi soir, ont été entendus quasiment sans interruption en divers lieux de Ouagadougou, avaient cessé en fin d'après-midi.

12h30 TU
Des tirs se poursuivaient ce vendredi 15 avril à la mi-journée dans deux des principaux camps militaires de Ouagadougou, en proie à une mutinerie de membres de la garde présidentielle, ont rapporté à l'AFP des témoins.

12h20 TU
A la mi-journée, des discussions auraient débuté entre la hiérarchie militaire et les mutins de la garde présidentielle. Le chef de l'Etat Blaise Compaoré, de retour dans son palais selon une source à la présidence, devait rencontrer le représentant de Ban Ki-moon en Côte d'Ivoire en début d’après-midi. Les deux hommes avaient rendez-vous.

9h36 TU
Le président Blaise Compaoré, qui avait quitté la capitale pendant quelques heures, est rentré à Ouagadougou, selon une source à la présidence. Le président Compaoré devait rencontrer dans son palais présidentiel, d'où est partie la mutinerie jeudi soir, Choi Young-jin, chef de l'Opération des Nations unies en Côte d'Ivoire (Onuci), a affirmé cette source à l'AFP. Il avait quitté Ouagadougou dans la nuit de jeudi à vendredi pour se rendre dans sa ville d'origine, Ziniaré, située à une trentaine de km au nord de la capitale.

8h30 TU
« Des discussions ont lieu avec les mutins et ils sont en train de déposer
les armes
», affirme une source militaire à l'AFP. Mais des tirs sont toujours entendus à proximité des trois casernes.

8h00 TU
Après une accalmie, les tirs ont semble-t-il repris au centre de Ouagadougou.

7h40 TU
Une source militaire confirme que le président Blaise Compaoré a quitté Ouagadougou pour sa ville natale, Ziniaré, à une trentaine de kilomètres de la capitale.

7h30 TU
Selon un témoin à Ouagadougou joint par RFI, les tirs se sont apaisés et la situation est plus tranquille en tout début de matinée. Les habitants commenceraient à sortir de chez eux.

Témoignage d'un habitant de Ouagadougou à 7h30, heure locale
10-10-2013 - Par Boniface Vignon

6h30 TU
Le mouvement s’est étendu à trois autres casernes de Ouagadougou : les camps Guillaume Ouédraogo, Sangoulé Lamizana et le camp « 11-78 ».

On signale également de nombreux pillages dans le centre-ville commis par des soldats.
 
2h40 TU
On apprend de source militaire que le domicile du général Gilbert Diendiéré, chef d'état-major particulier du président Compaoré, qui se trouve dans la caserne du régiment présidentiel, a été saccagé.

Dès les premières heures apparemment, le président Blaise Compaoré, sous bonne escorte, est allé se réfugier dans l’ancien palais de la présidence, dans le centre-ville.
Témoignage d'un habitant de Ouagadougou à 1h, heure locale
10-10-2013 - Par Christine Muratet
 
 Vendredi 15 avril, 00h49 TU
Des militaires sont sortis de la caserne du régiment présidentiel et tirent en l’air dans les rues de Ouagadougou.
 
23h50 TU
Le mouvement s’étend à une autre caserne, le « Conseil de l’entente », située à 3 kilomètres de la caserne du périmètre du palais présidentiel et qui abrite d’autres éléments du régiment présidentiel.
 
23h07 TU
Selon une source au sein de la garde présidentielle, le mouvement de colère des militaires serait lié au non-versement d'une indemnité de logement qui leur avait été promise.
 
22h00 TU
Les tirs, armes légères et armes lourdes, proviennent de la caserne du régiment présidentiel. Celle-ci se trouve dans l’enceinte qui abrite également le palais du président Blaise Compaoré.
 
Jeudi 14 avril, 21h temps universel
Des tirs sont entendus dans l’enceinte de la présidence à Ouagadougou.

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.