Republier
Mali

Des soldats se révoltent à Bamako pour protester contre la guerre dans le nord du Mali

Le 2 février 2012, des soldats et leurs familles avaient manifesté à Bamako pour protester contre la «mollesse du pouvoir» face aux rebelles touareg.
© AFP

Des militaires maliens en colère ont tiré ce mercredi 21 mars des coups de feu à Bamako, la capitale malienne et ont investi l'office de la radio-télévision malienne (ORTM). Les soldats protestent apparemment contre la situation dans le nord du pays, où l'armée affronte la rébellion touareg.

Les événements ont débuté ce mercredi lorsque des militaires maliens en colère ont
manifesté en tirant en l'air dans le camp militaire de Soundiata Kéita à Kati, à une quinzaine de kilomètres de la capitale, Bamako. 

Nous voulons de l'armement adapté pour aller combattre dans le nord du Mali
Témoignage d'un caporal du camp de Soundiata Kéita
10-10-2013 - Par Serge Daniel

Joints par RFI, ces soldats disaient réclamer un armement adapté pour combattre les rebelles touareg dans le nord du pays. Le ministre de la Défense Sadio Gassama s'est rendu sur place, mais, selon certaines sources, sa voiture aurait essuyé des tirs, ce que démentent les militaires du camp.

En fin d'après-midi plusieurs dizaines de militaires sont arrivés dans le centre de la capitale et ont à nouveau tiré en l'air, semant la panique parmi la population. Ils ont ensuite entrepris d'investir l'ORTM, l'office de la radio-télévision malienne. Ils ont tiré en l'air dans le bâtiment, situé au centre de Bamako, et ont fait sortir tout le personnel. La radio nationale a suspendu ses programmes.

Contacté par RFI, l'un de ces militaires affirme que les soldats ne souhaitent pas le départ du président de la République, Amadou Toumani Touré. « C'est notre président, mais il faut qu'il règle les choses », a ajouté ce caporal du camp Soundiata Kéita. Le chef de l'État est, lui, toujours dans son palais présidentiel, et les soldats ont bouclé le secteur.

On signale des mouvements de troupes ce soir entre le camp militaire de Kati d'où est partie la rébellion, en direction de la présidence. C'est un calme précaire qui règne sur Bamako.

En février, des femmes et proches de soldats avaient manifesté dans plusieurs villes maliennes, dont Bamako, pour dénoncer le silence sur la situation de ces soldats et la « mollesse du pouvoir » face aux rebelles touareg.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.