Republier
Tunisie

Tunisie: l'opposant Chokri Belaïd inhumé dans un climat de tension

Dans le cortége funèbre, des Tunisiens brandissent le portrait de Chokri Belaid. A Tunis, dans le quartier de Jebel, le 8 février 2013.
© REUTERS/Louafi Larbi

Grève générale, funérailles et affrontements. Ce vendredi 8 février 2013 aura de nouveau été une journée sous haute tension en Tunisie. 48 heures après l'assassinat de l’opposant historique Chokri Belaïd, une véritable marée humaine est venue accompagner sa dépouille jusqu’à sa dernière demeure, dans la banlieue de Tunis. Double-sentiment dans la foule : recueillement, et colère. Récit de la journée.

Le fait le plus marquant de cette journée de vendredi à Tunis ? L'ampleur de la mobilisation autour du cercueil de Chokri Belaïd. Comme si l'opposant de gauche était devenu un symbole fédérateur.

Dès le matin, une foule très compacte s'est massée aux portes de la maison de la culture de Djebel Jelloud : des jeunes, des personnes plus âgées, des ouvriers, mais aussi des avocats, des magistrats… Tous sont venus pour un dernier hommage.

La foule lance alors des slogans hostiles au parti au pouvoir, Ennahda, ainsi qu’à son homme fort, Rached Ghannouchi, accusé d'être responsable de l'assassinat. Les marcheurs réclament également en arabe un changement de pouvoir.

« L'après Benaïd »

Les milliers d'hommes et de femmes présents brandissent le portrait de Chokri Belaïd, et chantent l'hymne national. Plusieurs se disent décidés à reprendre le combat de l'opposant après sa mort, pour bien montrer à ceux qui l'ont tué qu’ils ont échoué.

« Tous les gens que vous voyez là appartiennent aux différentes tendances politiques de la Tunisie, confie un homme. Ce sont simplement des gens qui veulent pouvoir penser librement. » « Il y a eu une véritable onde de choc, estime pour sa part une femme. Il y aura un avant et un après. »

« Honteux »

Une odeur de gaz lacrymogène
08-02-2013 - Par Laurent Correau

Par la suite, la cérémonie est perturbée par plusieurs tirs de gaz lacrymogènes dans les rues environnant le cimetière. Les capsules sont semble-t-il lancées contre des casseurs, qui s'en sont pris à des véhicules. Seulement voilà : si le gaz est tiré à l'extérieur du cimetière, les personnes venues accompagner le corps de l'opposant sont touchées.

Résultat : des mouvements de foule, et le départ anticipé de nombreuses personnes. Dans les rangs, certains ne cachent pas leur colère. « Ce qu'il s’est passé, c'est honteux, déclare ainsi un homme en train de quitter la cérémonie. On n'a même pas de respect pour des gens qui se recueillent pour un mort. »

Hamadi Jebali persiste et signe

En marge de l’enterrement, pour la 1e fois depuis 2 ans, la Tunisie a tourné ce vendredi au ralenti. La grève générale, lancée par la puissante Union générale tunisienne du travail (UGTT), semble avoir été particulièrement suivie, en tout cas dans la capitale.

Tous les vols au départ et à destination de l'aéroport de Tunis-Carthage ont été annulés. Sur la scène politique, le Premier ministre tunisien Hamadi Jebali a réaffirmé ce vendredi soir qu'il tenait à former un gouvernement de technocrates, en dépit de l'opposition clairement exprimée par les hauts responsables de son propre parti, Ennahda.

RFI

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.