Confusion sur le sort des otages français enlevés au Cameroun - Afrique - RFI

 

  1. 09:00 TU Journal
  2. 09:10 TU Priorité santé
  3. 09:30 TU Journal
  4. 09:33 TU Priorité santé
  5. 10:00 TU Journal
  6. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  7. 10:30 TU Journal
  8. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  9. 11:00 TU Journal
  10. 11:15 TU Sessions d'information
  11. 11:30 TU Journal
  12. 11:33 TU Sessions d'information
  13. 12:00 TU Journal
  14. 12:10 TU Sessions d'information
  15. 12:30 TU Journal
  16. 12:33 TU Sessions d'information
  17. 12:40 TU Grand reportage
  18. 13:00 TU Journal
  19. 13:10 TU LES MAITRES DU MYSTERES
  20. 14:00 TU Journal
  21. 14:10 TU Autour de la question
  22. 14:30 TU Journal
  23. 14:33 TU Autour de la question
  24. 15:00 TU Journal
  25. 15:10 TU 7 milliards de voisins
  1. 09:00 TU Journal
  2. 09:10 TU Priorité santé
  3. 09:30 TU Journal
  4. 09:33 TU Priorité santé
  5. 10:00 TU Journal
  6. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  7. 10:30 TU Journal
  8. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  9. 11:00 TU Journal
  10. 11:15 TU Sessions d'information
  11. 11:30 TU Journal
  12. 11:33 TU Sessions d'information
  13. 12:00 TU Journal
  14. 12:10 TU Grand reportage
  15. 12:30 TU Sessions d'information
  16. 13:00 TU Journal
  17. 13:10 TU Sessions d'information
  18. 13:30 TU Journal
  19. 13:33 TU Danse des mots
  20. 14:00 TU Journal
  21. 14:10 TU Autour de la question
  22. 14:30 TU Journal
  23. 14:33 TU Autour de la question
  24. 15:00 TU Journal
  25. 15:10 TU 7 milliards de voisins
fermer

Afrique

Cameroun Enlèvements France Nigeria

Confusion sur le sort des otages français enlevés au Cameroun

media

Le ministère des Affaires étrangères a démenti les rumeurs de libération des sept otages français enlevés au Cameroun. Leur sort fait en effet l'objet d'une grande confusion tant au Cameroun, qu'en France depuis ce jeudi 21 février. Dans un premier temps leur libération avait été évoquée par des sources militaires nigérianes et annoncées par le ministre français des Anciens combattants, Kader Arif, devant l'Assemblée nationale pour finalement se rétracter. De leurs côtés, les autorités camerounaises, puis nigérianes ont très vite démenti ces informations.

Des annonces contradictoires ont été faites ce jeudi 21 février au matin concernant le sort des sept otages français enlevés au Cameroun. Mais le ministère français des Affaires étrangères a finalement démenti formellement la libération des Français.

Tout a commencé avec un officier supérieur de l'armée camerounaise. Ce dernier a déclaré à l'Agence France Presse que les Français avaient été localisés dans la localité de Dikwa, dans l'Etat de Borno dans le nord du Nigeria. Ils étaient, selon lui, « sains et saufs », abandonnés dans une maison de Dikwa et les autorités nigérianes étaient sur le point de les remettre aux autorités camerounaises à Kousseri, une ville de l'extrême nord du Cameroun.

Cette information avait été relayée par le ministre français délégué aux Anciens combattants, Kader Arif. Puis, ce dernier est revenu sur ses propos en expliquant qu'il n'avait fait que reprendre « des informations transmises par voie de presse ». Les autorités camerounaises n'ont jamais confirmé ces informations. Le ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary, les a même démenties. L'armée nigériane avait clairement indiqué qu'elles étaient fausses.

Alain Marsaud, député UMP des Français de l'étranger qui est cité par l'agence Reuters, dit pourtant avoir obtenu une confirmation de l'information via ses contacts au Cameroun. Que s'est-il donc effectivement passé sur le terrain ? Quelque chose est-il en train de se préparer ? Il faudra attendre encore un peu avant d'y voir plus clair sur le sort des otages français enlevés au Cameroun.

 

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.