Republier
France Mali

Opération Serval: la France perd un troisième soldat au Mali

Le caporal Cédric Charrenton avait 26 ans.
© Sirpa Terre

Un soldat du 1er régiment de chasseurs parachutistes de Pamiers dans l'Ariège a été mortellement blessé au combat dans l'Adrar des Ifoghas, près de la frontière algérienne, annonce l'Elysée par communiqué. La France, qui s'est lancée dans l'opération Serval le 11 janvier, indique que cette nouvelle perte n'entame pas sa volonté de tenir les engagements pris au Mali.

Le caporal Cédric Charenton avait 26 ans. Il est le troisième soldat français tué depuis le début de l'intervention au Mali. Selon l'état-major français, le parachutiste est tombé lors de très violents combats, au cours desquels « au moins une quinzaine » de combattants islamistes ont été « neutralisés » samedi 2 mars.

Ces affrontements ont eu lieu dans la vallée d'Ametetai, à l'extrême nord-est du pays. Une région montagneuse où sont retranchés les groupes jihadistes armés. Le colonel Thierry Burkhard, conseiller communication du chef d'état-major des armées françaises, a tenu une conférence de presse dimanche 3 mars à Paris.

Colonel Thierry Bukhard
11-10-2013 - Par Léa Ticlette

Thierry Burkhard : « Tout au long de la journée, les parachutistes français, appuyés par des avions de chasse et des hélicoptères de combat, ont engagé le combat à plusieurs reprises contre les éléments terroristes. Vers 18 heures, un de nos camarades a été mortellement touché alors qu'il montait à l'assaut d'une position ennemie avec sa section. »

« Les actions qui ont été conduites hier par les forces françaises dans la vallée d'Ametetai ont permis d'une part de neutraliser plus d'une quinzaine de terroristes, de détruire trois pick-up, et d'autre part de s'emparer d'importants stocks de munitions et de matériel diverse, ainsi que de plusieurs armes lourdes », précise le colonel.

Cette information corrobore celle que RFI avait obtenu auprès d'un officier tchadien sur le terrain. D'après lui, un militaire tchadien est également tombé samedi 2 mars dans cet asssaut mené dans la vallée d'Ametetai, au nord-est de la localité d'Agueloc. C'est dans cette zone que seraient retenus des otages français.

C'est également dans cette zone que le Tchad dit avoir tué deux figures majeures d'al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) ces derniers jours, à savoir Abou Zeid et Mokhtar Belmokhtar.

De source militaire malienne, au moins 50 jihadistes du Mouvement pour l'unicité et le jiihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) auraient par ailleurs péri depuis vendredi 1er mars dans des combats les opposants aux forces maliennes et françaises aux alentours de Gao.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.