Chute de Mohamed Morsi: revivez les événements de la journée du 3 juillet 2013

Des dizaines de milliers de manifestants, dans les rues du Caire mercredi soir. «On va fêter ça toute la nuit», a déclaré un manifestant à l'envoyé spécial de RFI au Caire.
© REUTERS

L'armée a renversé mercredi l'islamiste Mohamed Morsi, premier président civil démocratiquement élu d'Egypte, après une année tumultueuse au pouvoir, marquée par des crises à répétition. Des dizaines de milliers de manifestants anti-Morsi sont toujours dans les rues du Caire et partout dans le pays. Les militaires avaient demandé à Mohamed Morsi de répondre aux attentes du peuple, lassé d'entendre qu'il devait renoncer au pouvoir. Selon un haut responsable, le président déchu a été transféré seul au ministère de la Défense.  Les militaires appuient un plan qui prévoit une brève période de transition politique suivie par une élection présidentielle et des législatives.

Informations données à l'heure française

01h17: La sécurité a ordonné l'arrestation de 300 Frères musulmans, selon le journal gouvernemental. Parmi les interpellés : Saad el Katatni, le chef du Parti liberté et justice (PJL), émanation du parti des Frères musulmans. 

01h10: L'Union européenne appelle toutes les parties en Egypte à «retourner rapidement au processus démocratique». La chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, a indiqué dans un communiqué « espérer que la nouvelle administration cherchera à rassembler », et a réitéré « l'importance d'un respect total des droits fondamentaux ».

00h53: Le président américain Barack Obama se dit « profondément inquiet » après la destitution de Morsi et appelle à réviser l'aide militaire américaine au Caire, mais aussi à l'élection rapide d'un nouveau gouvernement civil. Cette aide s'élève à 1,5 milliard de dollars par an. Le président américain a également exhorté l'armée à ne pas procéder aux arrestations arbitraires de Mohamed Morsi. Ce dernier est toujours retenu dans un bâtiment de la Garde républicaine ou de ses partisans. 

00h50: Aux quatre personnes tuées à Marsa Matrouh dans le nord-ouest du pays, vient s'ajouter un cinquième mort à Alexandrie, selon les services de sécurité. Ce qui porte le bilan à 52 morts dans les affrontements entre pro-Morsi et les opposants depuis fin juin.

Sur la place Tahrir, l’allocution est accueillie dans une explosion de joie, la fête continue d’ailleurs… dans une ambiance indescriptible

Récit de notre correspondant place Tahrir, Daniel Vallot
04-07-2013 - Par RFI

00h45: Le Royaume-Uni a appelé au calme en Egypte après l'éviction par l'armée du président égyptien Mohamed Morsi et a évité de parler d'un « coup d'Etat », tout en se prononçant contre l'intervention de l'armée pour changer le régime. « La situation est clairement dangereuse et nous appelons toutes les parties à la retenue et à éviter les violences », a déclaré le secrétaire au Foreign Office William Hague. « Le Royaume-Uni ne soutient pas une intervention militaire comme moyen pour résoudre des conflits dans un système démocratique », a déclaré M. Hague dans un communiqué.

00h11: Le Canada appelle à un « dialogue constructif » entre toutes les parties en Egypte et appelle «au calme».   

00h00: Des employés de la chaîne qatarienne al-Jazeera arrêtés après la diffusion du discours pré-de Mohamed Morsi. La filiale locale de la chaîne qatarienne al-Jazira, al-Jazira Mobasher, a été bloquée et plusieurs de ses employés arrêtés après la diffusion d'un discours du président déchu Mohamed Morsi.

23h41: Début des consultations pour le prochain gouvernement. Tandis que le roi Abdallah d'Arabie Saoudite félicite le nouveau dirigeant intérimaire Adly Mansour qu'il reconnaît, dans un télégramme, comme « président de la République arabe d'Egypte soeur ». Une première prise de position officielle au sein du monde arabe. 

23h38: Les Etats-Unis ordonnent l'évacuation de leur ambassade au Caire, a indiqué à l'AFP un responsable américain sous couvert d'anonymat. Il y a quelques jours, le département d'Etat avait autorisé le personnel diplomatique non essentiel à quitter le pays.

23h26: La France « prend acte » de l'annonce en Egypte de nouvelles élections après une période de transition. Dans un communiqué, le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius a déclaré: « La France souhaite que les échéances soient préparées dans le respect de la paix civile, du pluralisme, des libertés individuelles et des acquis de la transition démocratique, afin que le peuple égyptien puisse choisir librement ses dirigeants et son avenir ». 

23h23: Quatre morts dans des heurts entre pro-Morsi et policiers dans la ville de Marsa Matrouh, au nord-ouest du pays, selon des sources sécuritaires citées par l'AFP. Depuis fin juin, les heurts entre pro-Morsi et les anti-Morsi ont fait 51 morts. 

23h15: La sécurité interrompt la diffusion de la chaîne de télévision des Frères musulmans.

Morsi doit rester au pouvoir. C'est ça la légitimité, c'est ça la démocratie.

Mouna
03-07-2013 - Par Perrine Mouterde

23h05: Chez les manifestants pro-Morsi, « le cœur n'y est pas », témoigne une de nos correspondantes au Caire. Aux côtés des soutiens des Frères musulmans tout au long de la journée, notre journaliste constate l'immenses tristesse chez ces derniers et raconte avoir vu des femmes en pleurs. A la tribune, les leaders des Frères musulmans assurent vouloir poursuivre la lutte.

23h00: « Ce jour est historique pour l'Egypte », s'enthousiasme un manifestant au Caire au micro de notre envoyé spécial en direct dans la foule qui scande « Dégage ! Dégage ! Dégage ! ».Et d'ajouter : « Et aujourd'hui, tout le monde est heureux dans le pays parce que ce président était très mauvais. Il a causé beaucoup de problèmes depuis un an, pour tous les Egyptiens. Personne ne l'aime, ce n'est pas un homme bon. Je suis là, et je vais dormir ici, place Tahrir. On va tous le faire, tous les Egyptiens. Des millions de personnes ! Dans tous les gouvernorats du pays. A Louxor, à Assouan, à Assiout... personne n'aime Morsi ».

22h49: « Je suis le président élu d’Égypte », déclare Mohamed Morsi dans un enregistrement pré-enregistré, aux images tremblantes et de mauvaise qualité, diffusé par al-Jazeera. 

22h35: Sur RFI, le spécialiste des relations internationales français, Frederic Encel, explique : « Les Frères musulmans ne sont pas un parti progressiste et ne s'est pas montré, historiquement, comme un amoureux de la démocratie. Mais ils ont joué le jeu. Aujourd'hui, l'Egypte court le risque de se diriger vers une élection à l'algérienne avec des Frères musulmans qui pourraient prendre le maquis. Une opposition violente des Frères musulmans donc, mais aussi de leurs alliés salafistes». Pour ce chercheur, «le mécontentement risque de se faire entendre par les armes ».

22h30: Le président de la Haute Cour constitutionnelle égyptienne va prêter serment jeudi 4 juillet pour devenir chef de l'Etat par intérim.

22h20: « Ce qui se passe en Egypte est la chute de ce que l'on connaît comme étant
l'islam politique
 », a déclaré le chef de l'Etat syrien, Bachar el-Assad, dans un entretien accordé au journal officiel As-Saoura, à paraître jeudi 4 juillet.

On espérait une réconciliation nationale, sur la base d’une feuille de route pour l’avenir qui garantisse l’espoir et la sécurité à ce peuple…

Général Abdel Fattah al-Sissi
03-07-2013 - Par RFI
   

22h10: « C'est la fête parce que Morsi, c'est fini. L'armée est au pouvoir maintenant. Et le peuple et l'armée on est ensemble. On va fêter ça toute la nuit », a déclaré un Egyptien au micro de l'envoyé spécial de RFI au Caire

21h50: Mohamed Morsi a rédigé sur Twitter : « Les mesures annoncées par le commandement des forces armées représentent un coup d'Etat complet, rejeté catégoriquement par tous les hommes libres de notre pays ».

Du côté de Washington : « Nous restons très inquiets de ce que nous voyons sur le terrain en Egypte» , a déclaré Jennifer Psaki, porte-parole du département d'Etat. Les Etats-Unis n'ont formulé aucune critique à l'égard de l'armée égyptienne. « Nous ne prenons pas parti dans cette affaire », a commenté Mme Psaki.

21h38: Les autorités religieuses de la mosquée al-Azhar et le chef de la communauté copte ont annoncé qu'ils soutenaient la feuille de route dévoilée par l'état-major de l'armée.

Le général Abdel Fattah al-Sissi © REUTERS/Stringer

21h32: L'armée égyptienne a écarté le président islamiste Mohamed Morsi, qui a été remplacé par le président du Conseil constitutionnel et suspendu la Constitution, a annoncé son chef le général Abdel Fattah al-Sissi, dans une allocution télévisée. En outre, l'armée a annoncé la tenue d'une élection présidentielle anticipée et suspendu de fait le président islamiste Mohamed Morsi, une annonce accueillie par une explosion de joie par ses opposants qui manifestaient en masse à travers le pays.

Cette feuille de route comporte ce qui suit :

• La suspension de la Constitution de façon temporaire.
• Le président de la Cour constitutionnelle supérieure va prêter serment devant l’Assemblée générale de la Cour.
• L’organisation d'élections présidentielles anticipées, avec le président de la Cour suprême constitutionnelle qui assure l’intérim en attendant d’élire un nouveau président.
• Le président de la Cour constitutionnelle suprême aura le pouvoir d’émettre des déclarations constitutionnelles durant la période transition.
• Former un gouvernement d’experts avec tous les pouvoirs nécessaires pour gérer la période transition.
• Former une commission pour réviser les amendements constitutionnels, proposés à la Constitution, suspendue provisoirement.
• Demander à la Cour constitutionnelle suprême d’adopter un projet de loi électorale pour l’Assemblée nationale.
• Adopter une charte d’honneur pour les médias, qui assure et garantisse les libertés des médias et qui mette l’intérêt suprême de la nation au-dessus de tout.
• Prendre des dispositions exécutives pour inclure les jeunes dans les institutions de l’Etat pour qu’ils participent à la prise de décision, aux différents niveaux du pouvoir exécutif.
• Constituer une commission nationale de réconciliation avec des personnalités crédibles, acceptées par les élites nationales et qui représentent les différents courants du pays.
 

21h22: La Constitution égyptienne a été provisoirement suspendue et le président Mohamed Morsi va être remplacé à la tête de l'Etat par le président de la Cour constitutionnelle, a annoncé le chef de l'état-major de l'armée égyptienne. Dans une déclaration à la télévision, le général Abdel Fattah al-Sissi a annoncé que l'Egypte allait être dirigée par un gouvernement d'experts et qu'une commission serait chargée de réviser la Constitution.

Ici, personne n'aime Morsi !

Zacharia
03-07-2013 - Par Daniel Vallot

21h00:La place Tahrir célèbre les événements en cours et les manifestants sont en liesse, indique le correspondant de RFI au Caire. 

20h20: Le représentant de l'opposition égyptienne Mohamed el-Baradei, le patriarche copte orthodoxe Tawadros II et le grand imam Ahmed al-Tayeb d'al-Azhar, principale autorité sunnite d'Egypte, vont annoncer prochainement la « feuille de route » de l'armée, vient d'indiquer la télévision officielle.

19h 53: Les Etats-Unis se disent « très inquiets » de la situation en Egypte, et ont appelé le président Morsi à « en faire plus » pour répondre aux inquiétudes des manifestants égyptiens.

19h00: L'armée a informé Mohamed Morsi qu'il n'était plus président de l'Egypte, selon le journal Al Ahram, citant une source présidentielle.

18h30: Le président Mohamed Morsi et plusieurs dirigeants des Frères musulmans ont été interdits de quitter l'Egypte dans le cadre d'une enquête sur une affaire d'évasion de prison en 2011, ont indiqué des sources de sécurité.
 

Réécoutez l'édition spéciale Egypte du mercredi 3 juillet (21 h 00-22 h 00) - Première partie
03-07-2013

Réécoutez l'édition spéciale Egypte du mercredi 3 juillet (21 h 00-22 h 00) - Deuxième partie
03-07-2013


En amont :

• Fin de l'ultimatum lancé par l'armée au président Morsi
• L'armée se déploie, la population attend de connaître le sort de Mohamed Morsi


En aval : 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.