Assassinat des envoyés spéciaux de RFI: les réactions et condoléances des internautes - Afrique - RFI

 

  1. 20:00 TU Journal
  2. 20:10 TU La bande passante
  3. 20:30 TU Journal
  4. 20:33 TU La bande passante
  5. 21:00 TU Journal
  6. 21:10 TU Couleurs tropicales
  7. 21:30 TU Journal
  8. 21:33 TU Couleurs tropicales
  9. 22:00 TU Sessions d'information
  10. 22:30 TU Sessions d'information
  11. 23:00 TU Journal
  12. 23:10 TU Accents d'Europe
  13. 23:30 TU Journal
  14. 23:33 TU Danse des mots
  15. 20:00 TU Journal
  16. 20:10 TU La bande passante
  17. 20:30 TU Journal
  18. 20:33 TU La bande passante
  19. 21:00 TU Journal
  20. 21:10 TU Couleurs tropicales
  21. 21:30 TU Journal
  22. 21:33 TU Couleurs tropicales
  23. 22:00 TU Sessions d'information
  24. 22:30 TU Sessions d'information
  25. 23:00 TU Journal
  1. 20:00 TU Journal
  2. 20:10 TU La bande passante
  3. 20:30 TU Journal
  4. 20:33 TU La bande passante
  5. 21:00 TU Journal
  6. 21:10 TU Radio foot internationale
  7. 21:30 TU Journal
  8. 21:33 TU Radio foot internationale
  9. 22:00 TU Sessions d'information
  10. 22:30 TU Sessions d'information
  11. 23:00 TU Journal
  12. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  13. 23:30 TU Journal
fermer

Afrique

France Mali médias RFI

Assassinat des envoyés spéciaux de RFI: les réactions et condoléances des internautes

media Claude Verlon (au centre) et Ghislaine Dupont au Mali, en juillet dernier. RFI/Pierre René-Worms

Ghislaine Dupont et Claude Verlon, envoyés spéciaux de RFI au Mali, ont été assassinés alors qu’ils travaillaient à informer, à montrer et décrypter la réalité du terrain, à Kidal. Vos nombreux commentaires en réaction à nos articles portent des mots de condoléance, de soutien, de colère et d’encouragements.

« Au siècle de l’internet encore ils ont tiré pour assassiner la parole », nous écrit une internaute basée au Congo. « C’est triste de voir que des habitants des coins les plus reculés de la planète n'ont plus droit à l'information à l'heure du numérique. Hommages à ces deux courageux journalistes ».

Des militants de la liberté d’expression

« Le monde a perdu une militante de la liberté d'opinion. Cette voix nous donne les réalités de ce continent meurtri et surtout elle donne parole aux voix sans voix. Compassion avec toute la famille RFI », écrit Lufred, un internaute, sur notre forum.

« A vous, les journalistes tombés au champ de l'honneur, sachez que votre existence et votre travail resteront gravés à jamais dans nos mémoires. Merci à votre combat pour l'information », souligne Jules Kouakou dans son message.

« C’est avec tristesse et consternation que j’ai appris la mort de deux braves journalistes, Ghislaine Dupont et Claude Vernon, tués à Kidal, au Mali. Souvent, nous avons écouté leurs belles voix. Ils ne sont pas morts, car leurs voix resteront gravées dans nos cœurs », écrit Djenga Desire, depuis la République démocratique du Congo.

« Une militante du droit à la parole est tombée par la main des intolérants, adeptes d'une violence gratuite. Nous ne t'oublierons jamais. A chaque fois que la liberté d'opinion sera touchée, Ghislaine, tu seras dans nos esprits pour crier justice. Pour le métier, journalistes, enquêteurs, c'est une victoire, malheureusement au prix du sang », juge un internaute parisien.

« Je propose que le studio de la radio nationale de Kidal porte le nom de Ghislaine et de Claude en hommage à leur courage », suggere Yattara Boubacar.

« Mes condoléances à toute la famille, à RFI, à la France, à l'Afrique pour lequel vous vous êtes toujours consacrés ! Et que l'information, la vraie, celle de la Radio mondiale, continue de plus belle » écrit Ibrahim. 

Parmi les internautes, beaucoup ont eu l’occasion de connaître de près nos collègues Ghislaine Dupont et Claude Verlon.

« J'ai fait l'école Louis Lumière en cours de soir avec Claude Verlon en 1985. En écoutant la radio, ce soir, j'apprends qu'il est mort aujourd'hui. Je suis bouleversée », témoigne une internaute de Paris.

« Chers collègues… Quelle perte ! Lorsque des vaillants collègues perdent ainsi la vie sur le terrain, ils nous rappellent comment ce boulot est noble. A la famille et à RFI, nos pensées », écrit Norbert, de Newport, au Royaume-Uni.

« Que c'est triste, condoléances à la grande famille RFI », nous écrivent Jean-Pierre et Evelyne, des journalistes.

« Mes sincères condoléances aux proches de ces deux courageux journalistes. Une tristesse et un regret de ne pas avoir pu connaître davantage Ghislaine. Une profonde pensée pour sa mère », écrit Gaëtane, « une petite cousine ».

« Claude Verlon était vraiment un ami. Des années qu'on se connaissait, des années qu'on regardait le danger comme une chose évidente, inquiétante, mais non paralysante. L'amitié était pour lui la première valeur à défendre. La dernière fois qu'on avait travaillé ensemble, c'était il y a moins d'un an, pour les obsèques de Chavez dans la fournaise de Caracas. Il avait trouvé l'ombre d'un grand arbre où il m'avait invité à le rejoindre. Ton vieil imperméable trop grand pour toi me manque déjà. Bon voyage, Claude, et trouve, là où tu vas, un grand arbre pour nous y retrouver, on y viendra tous, tôt ou tard...
Jean-Marie Porcher / Technicien de reportage / Radio France
».

L'indignation pour cet acte barbare.

« A ma colère s'ajoute une profonde indignation. Mais surtout, ce soir, je pense aux familles des deux journalistes. Toutes mes condoléances à leurs proches, à la rédaction de RFI et à toutes vos équipes. La brutalité et l'horreur n'ont jamais eu de limites. C'est terriblement triste. Très sincèrement désolée que ça vous touche de façon aussi brutale ! »

« Comment ne pas être indigné devant cet assassinat que rien ne justifie. C'est le monde que l'on veut priver de sa liberté de parole. Mais vous les journalistes il faut continuer.
Pour moi, RFI est une source inestimable d'informations, une ouverture incroyable sur le monde qui me permet d'apprendre et d'appréhender des facettes de l'histoire actuelle et passée.
Je suis de tout cœur avec les familles de Ghislaine et de Claude, avec vous journalistes et techniciens qui maintenez cette fenêtre ouverte...
», souligne Michele.

« Je dénonce avec fermeté cet acte barbare qui a fait disparaitre ces journalistes en exerçant leur noble métier. Le terrorisme n’a pas de religion. Tout le monde est indigné », écrit Moctar Ebbey. 

« Au nom de toute ma famille, je vous présente nos condoléances les plus attristées. Que leurs âmes reposent en paix », écrit Mamadou Diallo.

« Je suis Boubacard Diallo, Guinéen de Conakry. Cet assassinat odieux et la lâcheté de ces individus vis-à-vis de ces deux braves journaliste de RFI me révoltent et m'amènent à dire à l’Etat Malien de mener des enquête le plus rapidement que possible avec une impartialité totale pour traduire ces terroriste devant la justice ».

« Les mots me manquent pour l’instant, mais nos collègues sont devenus immortels. Ils ont déjà gravé le chemin », considère un internaute, journaliste gabonais.

« La voix de vos envoyés a si souvent résonné dans ma radio, j'ai si souvent admiré leur courage. J'ai vraiment l'impression d'avoir perdu deux copains », écrit Fabio de Brésil. 

« Une pensée à leurs familles et aux équipes de RFI. Tristement. Depuis l'Argentine, María Eugenia Peltzer ».

« Je suis malien. je m'appelle Bokar Sissoko. C'est avec beaucoup de regrets que j'ai appris l'assassinat de Ghislaine et de Claude. Ma compassion pour leurs familles, pour la grande famille de RFI et tous les auditeurs qui ne pourront plus entendre ses analyses des dossiers pertinents du continent. Dormez en paix Ghislaine et Claude, votre mémoire continuera de vivre avec nous et à travers nous ».

« Deux soldats de la recherche de la vérité morts pour l’Afrique! Pauvre Afrique quand reconnaitra tu ceux qui t’aiment vraiment. A toute la famille RFI et aux parents de Ghislaine et de Claude, sachez que tout les dignes filles et fils de l’Afrique vous soutiennent dans cette douleur, Romaine une auditrice de RFI depuis Porto Novo Benin ». 

« Face à la barbarie et à l'obscurantisme, restons mobilisés afin de porter haut la voix de la liberté d'expression et des droits humains, appelle un autre internaute. Reposez en paix, braves soldats de l'information ». « Les obscurantistes et les barbares ne vaincront jamais la liberté d'expression. Pensées profondes pour ces combattants de la liberté d'information. RFI, votre voix, ne s'éteindra jamais », assure Philippe, de Bruxelles, comme en écho.

« Je suis atterrée ! Merci à RFI, à tous ses journalistes pour la qualité du travail qu'ils font et la fenêtre qu'ils ouvrent pour nous sur l'Afrique, notamment. Nous sommes en pensées avec toute la rédaction et les familles, bien sûr. Là, les mots me manquent », souligne PF, de France.

« Je suis très bouleversée, confuse et en rage pour ce qui vient d'arriver. J'en ai eu les larmes aux yeux et cela m'a fait penser aux autres journalistes de RFI, Johanne Sutton et Jean Hélène, tués en service. J'ai mal comme si c'était des membres de ma famille, tellement je me suis habituée à leurs voix », nous confie Karyn, une internaute togolaise.

« Toutes mes condoléances aux familles et à l'équipe de RFI. Nous sommes tous consternés par le décès de ces deux très bons reporters. En solidarité avec tous les collègues de la radio française ouverte sur l'international », souligne Anne-Marie Weiwer.

« Je m'incline devant la mémoire des deux reporters de RFI qui ont fait la fierté des auditeurs de RFI. A leurs familles, je présente mes sincères condoléances. Et à leurs collaborateurs de RFI, je dis : ne baissez pas les bras. Continuez à donner le meilleur de vous pour la lumière du monde. J'ai encore une pensée pour les autres journalistes de RFI, Johanne Sutton et Jean Hélène, tués en service pour l’information », rappelle Junior, de Conakry.

C'est une consternation et une injure à la liberté d'informer. Je m'incline devant la mémoire des deux reporters de RFI qui ont fait la fierté de ses auditeurs.
Messages d'internautes lus par les journalistes de RFI 03/11/2013 - par RFI écouter

Les barbares ne vaincront jamais la liberté d'expression. Pensée profonde pour ces combattants de la liberté d'information. RFI, notre voix, ne s'éteindra jamais.
Messages d'internautes lus par les journalistes de RFI 03/11/2013 - par RFI écouter

Tous ces messages, ainsi que les autres, nombreux, que nous n’avons pas repris ici par manque de place, rendent ainsi hommage à une femme et à un homme qui faisaient leur métier avec rigueur et passion dans le seul but d’informer et de participer à la construction de la liberté de penser, d’agir et d’évoluer, sur tous les continents.


Une boîte mail a été créée pour que les amis, les collègues et les auditeurs de RFI laissent leurs hommages à Ghislaine Dupont et Claude Verlon : rfihommage@gmail.com

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.