Sommet France-Afrique: Mandela et la RCA au cœur des débats

Photo de famille de l'ensemble des officiels africains présents lors du sommet de l'Elysée, le 6 décembre 2013.
© RFI/P René-Worms

Une quarantaine de dirigeants africains se sont réunis ce vendredi 6 décembre 2013, à Paris, pour un sommet axé sur la sécurité. Un rendez-vous qui doit durer deux jours, à l’initiative du président François Hollande. Au menu de la rencontre l'intervention française en Centrafrique et la situation au Sahel.

Les horaires sont donnés en temps universel (TU).

19h50 : avec beaucoup de retard, la première session de ce sommet France-Afrique vient de se terminer. Les chefs d’Etat, de gouvernement et de délégation vont se diriger vers le palais de l’Elysée pour un diner officiel en compagnie du président français François Hollande et de sa compagne Valérie Trierweiler. Reprise des travaux ce samedi avec deux sessions dans la matinée consacrées au « partenariat économique et développement » et au « changement climatique ».

19h30 : suite de l’émission spéciale de RFI consacrée au sommet France-Afrique en direct du Centre de conférences ministériel :

19h19 : alors que la fin des travaux de la première session était attendue il y a plus d’une heure, les délégations sont toujours en train de débattre autour des questions de paix et sécurité en Afrique.

18h41 : « Les informations qui arrivent de Bangui sont inquiétantes, on va vers une guerre civile et cela se passe sous la barde de la France et des Nations unies », explique Guy Moskit, ancien ministre centrafricain des Affaires étrangères et de la francophonie. Des informations confirmées par l’envoyé spécial de RFI en RCA : « Des pillages ont lieu dans toute la ville. Les militaires français n’interviennent pas encore pour stopper les massacres  ».

18h39 : autre idée qui émerge de cette première journée de débats : la place de l’Afrique doit être renforcée au sein du Conseil de sécurité de l’ONU.

18h30 : début de l’émission spéciale de RFI consacrée au sommet France-Afrique avec en studio Guy Moskit, ancien ministre centrafricain des Affaires étrangères et de la francophonie :

18h15 :Dans 15 minutes retrouvez sur l’antenne de RFI, l’émission spéciale consacrée à ce sommet présentée par Nathalie Amar en direct du Centre de conférences ministériel (première partie de 18h30 à 19h et seconde partie de 19h30 à 20h).

17h55 : De son côté de ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian a évoqué d’autres sujets débattus lors de cette première session de travail : la lutte contre la piraterie et la sécurisation des frontières avec un soutien aux initiatives bilatérales ou multilatérales déjà en cours.

Il a été fait référence à l'architecture de paix en Afrique et aux méthodes pour faire monter en régime le plus vite possible la capacité immédiate de réponse immédiate aux crises. Les principaux problèmes posés étant les questions de financement...

Laurent Fabius
06-12-2013

17h45 : les travaux se poursuivent en session à huis clos, ils devraient se terminer d’ici une heure, peut être plus, selon le ministre français des Affaires étrangères. Laurent Fabius donne actuellement une conférence de presse pour relayer les premières discussions.

Quasiment la moitié des délégations présentes ont souhaité s’exprimer sur la question de la sécurité avec un point convergent : c’est aux Africains d’assurer leur propre sécurité. Mais d’un commun accord, les participants soulignent que ce n’est pas encore possible dans la situation actuelle et qu’il faut travailler autour du développement de la Capacité africaine de réaction immédiate aux crises (Caric) qui pourrait être lancée dès 2015.

17h39 : sur Twitter, le ministre français délégué au développement, Pascal Canfin vous invite à le retrouver demain sur l’antenne de RFI à 10h30 TU dans l’émission C’est Pas du Vent.

17h30 : ce sommet, il en est aussi question dans le nouveau rendez-vous que vous propose RFI.FR chaque vendredi baptisé L’Hebdo avec cette interview d’Antoine Glaser, ancien directeur de La Lettre du continent.

→ A (RE)LIRE : Afrique-France 2013 : Questions pour un sommet

17h15 : autre rendez-vous au calendrier de cette semaine dédiée à l’Afrique à Paris : un forum sur le développement durable et une table ronde pour la protection des espèces menacées, jeudi. Pour continuer dans la préservation de l’environnement, les différentes délégations se réuniront demain (samedi) avant la fin du sommet pour une session consacrée au changement climatique.

→ A (RE)LIRE : Pascal Canfin : «Les innovations sont les clés pour le développement durable»

16h45 : ce sommet France – Afrique a commencé officieusement en début de semaine avec plusieurs rendez-vous et notamment une conférence économique qui s’est tenue mercredi dernier au ministère des Finances. Près de 600 entreprises françaises et africaines étaient représentées avec comme objectif de développer les partenariats économiques.

→ A (RE)LIRE : Forum économique de Bercy : Hollande souhaite que la France double ses échanges avec l’Afrique

16h20 : la ministre des Affaires étrangères sud-africaine ne restera pas tout le sommet, mais devrait repartir dès ce soir pour son pays en deuil après la mort de Madiba.

16h05 : François Hollande, le président français, plaide pour une force d’action rapide africaine, sous l’égide de l’UA, que son pays et l’Union européenne devront aider à mettre en place. La France se dit prête à former, équiper, apporter du renseignement aux armées africaines. Le président français a annoncé que Paris avait les moyens d’entrainer 20 000 soldats africains par an. Il espère que l’Europe saura se montrer solidaire et responsable pour ce projet.

15h45 : la sécurité sur le continent est aujourd’hui un enjeu majeur comme l’ont déclaré les différents intervenants lors de l’allocution d’ouverture de cette rencontre :

→ A (RE)LIRE : Les conflits en Afrique au cœur du Sommet de l’Élysée

15h20 : les différents chefs d’Etat, de gouvernement et de délégation sont arrivés au Centre de conférences ministériel pour la première session de travail à huis clos.

14h50 : la Centrafrique fera l’objet demain, samedi, d’un mini-sommet spécial pour évoquer la situation dans le pays et l’intervention militaire qui vient de débuter.

→ A (RE)LIRE : Centrafrique: dans l'attente de l'armée française, la population craint le pire

14h45 : après une photo de famille, les différentes délégations quittent l’Elysée pour se rendre au Centre de conférences ministériel où vont se tenir les séances de travail. Au programme de la première session la paix et la sécurité en Afrique.

14h31 : En français, Ban Ki-moon se déclare ravi de participer à ce sommet avant de poursuivre en anglais pour rendre, lui aussi, hommage à Nelson Mandela qui est une source d’inspiration. Il évoque dans les deux langues les différentes crises sécuritaires qui secouent le continent : le Mali, la RDC et bien sur la Centrafrique où une résolution de l’ONU vient d’autoriser une action militaire de l’armée française en soutien aux forces africaines. « Il faut que les peuples puissent tirer parti du dividende de la paix ».

La violence de ces derniers jours nous rappelle une fois de plus que nous devons agir immédiatement (...) Je remercie le président Hollande et le gouvernement français pour sa prompte action face à cette crise tragique.

Ban Ki-moon
06-12-2013

14h15 : Herman Von Rompuy, le président de la Commission européenne : « La déstabilisation des pays africains peut jouer sur notre sécurité. L’Europe est avec vous par son soutien financier à la Misca (Mission de l’Union africaine en Centrafrique) ». Il est suivi à la tribune d’un autre représentant européen, le président du Conseil, José Manuel Barroso : « Si on veut garantir les questions de développement, il faut évoquer la sécurité » déclare t’il avant d’évoquer la situation « difficile » en RCA où l’UE va débloquer 50 millions d’euros en soutien.

14h02 : comme ceux qui l’ont précédé à la tribune, le Premier ministre éthiopien et président de l’UA, Hailemariam Desalegn commence son allocution par un hommage à Nelson Mandela avant d’évoquer la paix, la sécurité et la stabilité de l’Afrique : « nous avons vécu deux décennies considérées comme perdue pour le continent. Le changement climatique est aussi un facteur d’insécurité, il est donc essentiel que cette question reçoive l’attention méritée ».

13h43 : nouveau discours de François Hollande pour qui « La France a une relation particulière avec l’Afrique qui tient à l’histoire, mais aussi au lien humain ». Il évoque la stabilité du continent où il faut développer une force de sécurité pour dominer « Les menaces comme celle du terrorisme au Sahel, en Somalie, au Kenya ou en Libye. Il y a aussi les trafics de drogues, d’êtres humains, d’espèces protégées, mais aussi la piraterie ». La France veut être aussi partenaire de l’Afrique en matière de développement : « l’objectif est de doubler en cinq ans les échanges entre la France et le continent et j’ai décidé de consacrer 20 milliards d’euros pendant les cinq prochaines années au développement en Afrique ». A la fin de son allocution, François Hollande évoque la situation en Centrafrique : « Un peuple nous appelle ». L’engagement de la France ne doit pas être que sécuritaire, mais aussi humanitaire.

Nous ne pouvons plus laisser les massacres se perpétrer (...) et des conflits inter-religieux qui peuvent dégénérer et installer dans cette Afrique centrale des comportements, qui pour l'instant n'avaient pas leur place.

François Hollande
06-12-2013

13h40 : minute de silence à l’Elysée en hommage à Nelson Mandela.

13h33 : la présidente de la Commission de l’Union africaine, Nkosazana Dlamini-Zuma parle d’un moment triste et historique. « L’Afrique et le monde ont perdu un grand combattant de la liberté. Madiba nous a appris que nous étions tous égaux ».

13h28 : hommage aussi à Madiba de la ministre des Affaires étrangères sud-africaine, Maite Nkoana-Mashabane affirme que « ses idées vivent et lui survivent. La lutte continue ».

13h21 : en ouverture de ce sommet Paix et Sécurité, le chef de l’Etat français rend hommage à Nelson Mandela : « Il a réussi à remporter tous les combats. C’est un exemple, un exemple de dignité, de pardon, de clairvoyance face à l’intolérance, face aux épreuves. Nelson Mandela sera toujours la figure vers laquelle les peuples qui luttent pour leur libération se tourneront ». Le prix Nobel de la paix est mort jeudi 5 décembre et sa disparition touche profondément les représentants des pays africains présents actuellement à Paris. Dans plusieurs pays un deuil national a été décrété et en France les drapeaux sont en berne à la demande du président Hollande.

Nelson Mandela n’est plus là, mais son message continuera à vivre.

François Hollande rend hommage à Mandela
06-12-2013 - Par RFI

13h20 : en marge du sommet officiel, les premières dames vont se réunir cet après-midi et feront une minute de silence en hommage à Nelson Mandela.

13h16 : tous les représentants sont bien arrivés.

13h10 : le début du sommet prend un peu de retard car les chefs d’Etat continuent à arriver dans la cour de l’Elysée devant un parterre de journalistes accrédités pour l’occasion. Après les allocutions qui doivent suivre, les représentants, présents lors de ce sommet, se retrouveront pour une photo de famille.

12h50 : ce sont désormais les chefs d’Etat qui font leur entrée à l’Elysée. Le sommet va bientôt pouvoir commencer. Une rencontre que François Hollande veut historique avec autant de retentissement que lors du sommet de la Baule en 1990 sous François Mitterrand. Il avait marqué la relation entre la France et l’Afrique.

12h50 : le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, a lui aussi été accueilli par le président Hollande. Il est suivi de très près par le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon.

12h40 : le président français François Hollande est sorti sur le perron de l’Elysée pour accueillir les Premiers ministres qui commencent à arriver notamment d’Algérie, de Libye ou encore de Centrafrique avec Nicolas Tiangaye… La situation dans ce dernier pays sera au coeur de ces deux jours de sommet à Paris.

Nicolas Tiangaye, le Premier ministre de la République centrafricaine, avec le président Hollande à son arrivée à l'Elysée. © RFI/P René-Worms

12h30 : arrivée de la ministre des Affaires étrangères sud-africaine, Maite Nkoana-Mashabane. Une présence tout en symbole en ce jour de deuil dans son pays alors que l'absence de Jacob Zuma, le président, avait déjà été annoncée il y a plusieurs jours.

12h25 : RFI sera présent tout au long de ces deux journées de sommet : directs, émissions, débats…

12h15 : Laurent Fabius, le ministre français des Affaires étrangères, est arrivé à l’Elysée.

11h58 : les premières voitures des officiels africains arrivent dans la cour de l’Elysée pour participer au sommet France – Afrique. L’arrivée se fait par ordre protocolaire inversé. De nombreux chefs d’Etat sont attendus comme le Malien Ibrahim Boubacar Keita, l’Ivoirien Alassane Ouattara ou encore le Nigérian Goodluck Jonathan. A leurs côtés, seront présents le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon, mais aussi des représentants de l’Union européenne, de l’Union africaine, du FMI, de la Banque mondiale et de la Banque africaine de développement.

Des chefs d’Etat comme autant de femmes et d’hommes qui, sous bien des aspects, sont inconnus de leurs compatriotes. Portrait-robot composé de l’hôte de marque de François Hollande ! Un papier signé Francis Kpatindé.

11h45 : le drapeau français est en berne au palais de l’Elysée en hommage à Nelson Mandela, décédé ce jeudi.Ils sont une quarantaine de chefs d’Etat, Premiers ministres ou ministres à voir répondu présent à l’appel du président français François Hollande pour ce rendez-vous. Un sommet autour de la paix et de la sécurité sur le continent africain. Les principaux sujets abordés seront la situation en Centrafrique où la France vient de commencer une intervention militaire. Et le Mali, où les militaires sont aussi engagés aux côtés de contingents africains.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.