Soudan du Sud: l'armée avance vers Bor, tenue par les rebelles

L'armée sud-soudanaise prenait la route de Bor, ce samedi 21 décembre, occupée par les rebelles depuis trois jours.
© REUTERS/Goran Tomasevic

Alors que le président sud-soudanais Salva Kiir se disait prêt à des négociations avec son rival Riek Machar, l’armée prenait, ce samedi 21 décembre, la direction de la ville de Bor, à 200 kilomètres au nord de Juba, une cité aux mains des rebelles depuis trois jours. Une situation de plus en plus tendue qui a poussé le Kenya à envoyer des soldats dans le pays afin d’évacuer ses ressortissants.

Les combats se poursuivaient samedi au Soudan du Sud où l'armée avançait sur Bor, prise par les hommes de Riek Machar, au moment où la communauté internationale se mobilise pour faire cesser les violences armées qui déchirent le jeune Etat.

Face à cette situation qui tend à s'aggraver depuis le 15 décembre, date du début du conflit armé entre l'ancien vice-président Riek Machar et le président Salva Kiir, le Kenya va envoyer « immédiatement » des soldats pour évacuer quelque 1 600 ressortissants, qui se trouvent principalement dans la ville de Bor.

L'armée gouvernementale, appuyée par des hélicoptères, marchait samedi vers cette ville de Bor, à 200 kilomètres au nord de Juba, contrôlée depuis jeudi par les partisans de Riek Machar, a indiqué un porte-parole.

A (RE)LIRE : Les clés pour comprendre la crise sud-soudanaise

C'est dans cette zone qu'un avion de l'armée américaine a été touché samedi par un tir. Quatre soldats américains ont été blessés, selon un porte-parole du Pentagone. L'avion devait évacuer des Américains de Bor.

Défection d'un général

« Nous avançons sur Bor, il y a des combats, mais nous sommes aidés par des unités aériennes », a déclaré le porte-parole de l'Armée populaire de libération du Soudan (SPLA), Philip Aguer.

Il a démenti des informations selon lesquelles l'armée ougandaise voisine, qui avait envoyé des troupes vendredi à Juba pour sécuriser la capitale et permettre l'évacuation de milliers de ses ressortissants, participe aux combats contre Riek Machar. « Cette opération est menée par la seule SPLA », a-t-il affirmé.

→ A (RE)LIRE : Au Soudan du Sud, «la coloration ethnique a primé très vite» dans les affrontements

Il a également souligné que l'Etat clé d'Unité, producteur de pétrole, était sous le contrôle du gouvernement, précisant cependant qu'il y avait eu des combats pendant la nuit dans Bentiu, capitale de cet Etat.

Selon lui, l'un des chefs militaires, le général James Koang Choul, commandant d'une division qui contrôle l'Etat d'Unité, « aurait » cependant fait défection, sans ses hommes.
« Nous avons perdu tout contact avec le commandant. Des informations nous disent qu'il a rejoint Riek Machar », a-t-il dit tout en assurant que les forces gouvernementales contrôlent la zone.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.