GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 21 Novembre
Vendredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Plan Condor en Argentine : les tortionnaires du centre Orletti devant la justice

    media L'ancien colonel argentin Ruben Victor Visuara, un des répresseurs du centre de détention Automotores Orletti, pendant le procès à Buenos Aires , le 3 juin 2010. Photo : Maxi Failla /AFP

    Ce vendredi 4 juin c’était la deuxième journée d’audience dans le procès de l’affaire Orletti, du nom de ce centre de torture clandestin en activité en 1976, pendant la dictature militaire en Argentine. La particularité de ce lieu est que les prisonniers y étaient détenus dans le cadre du plan Condor, organisation mise en place par plusieurs dictatures d’Amérique du Sud pour éliminer leurs opposants. Six Argentins, anciens militaires ou membres des services secrets sont sur le banc des accusés.

    Avec notre correspondant à Buenos Aires, Jean-Louis Buchet

    Le scénario est désormais connu. C’est dans une ambiance tendue et chargée d’émotion que sont jugés les crimes de la dictature argentine. Dans le public, des militants des droits de l’homme, des Mères de la place de mai, quelques rares survivants, de nombreux jeunes aussi.

    Sur le banc des accusés, des hommes généralement âgés, parfois des vieillards. Le procès Orletti, du nom d’un garage qui servait de façade à un centre de détention clandestin dans les années 70, n’échappe pas à la règle. A une différence près : la plupart des détenus, aujourd’hui disparus sauf exception, n’étaient pas argentins, mais uruguayens, chiliens ou boliviens, victimes du plan Condor, cette internationale de la répression organisée par les dictatures alors en place en Amérique du Sud.

    Dans l’affaire Orletti, trois anciens militaires et trois ex-agents de renseignement sont inculpés pour l’enlèvement et la mort de 65 personnes. Au-delà de la vérité due aux disparus et à leurs familles, on attend du procès qu’il démonte les mécanismes qui ont permis aux militaires sud-américains de traquer les militants révolutionnaires du Chili au Brésil et de l’Argentine à la Bolivie, en passant par l’Uruguay et le Paraguay.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.