GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 21 Novembre
Vendredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Procès de l’ex-dictateur Videla: l’Argentine face à ses démons

    media L’ex-dictateur Jorge Videla sur une image datant de 1978. AFP/DANIEL GARCIA

    Des exécutions de détenus politiques, des faits d’enlèvements ou de tortures, des vols de bébés d'opposants à la dictature en Argentine de 1976 à 1983, la liste des crimes commis sous la domination de l’ancien général Jorge Videla est longue. Plus de trente ans après les faits, l’homme âgé de 85 ans, répondra de ses actes devant la justice argentine. Ce procès qui s’est ouvert ce vendredi 2 juillet à Cordoba, le place pour la première fois depuis une première condamnation en 1985, dans le box des accusés. Il comparaît pour l'exécution de 32 prisonniers politiques ainsi que pour l'enlèvement et la torture de six autres.

    Condamné à perpétuité en 1985 lors du procès de la junte militaire, puis gracié cinq ans plus tard, Jorge Videla n’a pas fini de subir les foudres de la justice argentine. En 2003, la loi d'amnistie de l’ex-président Carlos Menem est annulée par le Parlement. La grâce de l’ex-dictateur et de tous les condamnés de la junte sera déclarée anticonstitutionnelle en 2007 par une décision de la Cour suprême. Le procès qui s’ouvre ce vendredi 2 juillet, à Cordoba, est donc le premier d’un long processus judiciaire. Une soixantaine de témoins devraient être entendus.

    Les prochains mois seront décisifs pour Jorge Videla. A partir du 10 août 2010, il sera jugé dans la province de Santiago del Estero pour l'enlèvement, la torture et l'assassinat en 1976 d'un étudiant. Le 20 septembre, à Buenos Aires, il devra répondre du vol présumé de 33 bébés d'opposants au régime. Un autre procès pour quarante homicides débutera à une date indéterminée. A noter enfin que l’ancien général est aussi poursuivi pour sa participation au Plan Condor. Mis en place par les dictatures d’Argentine, du Chili, du Paraguay, du Brésil mais aussi de l’Uruguay et de la Bolivie, il visait à éliminer tous les opposants politiques au régime, notamment par les « vols de la mort », dans les années 1970 : les dissidents étaient jetés à la mer depuis des avions.

    Rendre justice

    Les procès d’anciens dirigeants de la dictature se multiplient en Argentine, Videla n’est pas le seul tortionnaire argentin à être jugé. Pour rendre justice aux familles qui ont subi l’horreur de la dictature, les tribunaux argentins ont déjà confronté en février dernier à Tucuman dans le nord du pays, deux anciens généraux accusés de crimes contre l'humanité. Luciano Benjamin Menendez, ancien dirigeant du IIIe corps de l'armée, et Antonio Bussi, gouverneur de Tucuman durant la dictature, étaient poursuivis pour l'enlèvement et la disparition de vingt-deux personnes dans des locaux de la police de Tucuman. Luciano Benjamin Menendez, déjà condamné sur d’autres dossiers, retourne aujourd’hui au tribunal en tant que co-inculpé aux côtés de Jorge Videla.

    L'ex-général Reynaldo Bignone, dernier dictateur argentin a été condamné le 20 avril dernier à vingt-cinq années de réclusion alors qu’il était poursuivi pour crime contre l’humanité. Le 20 septembre 2010, il sera jugé avec Jorge Videla, pour les vols présumés de trente-trois bébés à Buenos Aires.

    Enfin, Alfredo Astiz, surnommé « l’Ange blond de la mort », spécialiste de la torture, et soupçonné d'être impliqué dans la disparition de deux religieuses françaises pendant la dictature, a été jugé en décembre 2009.

    Chronologie et chiffres clés

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.